Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Bob Woodward

La Sagrada Familia était-elle la cible ?
Un numéro de téléphone. C’était samedi soir le seul lien entre le commando de Ripoll et la France. Selon nos informations, les enquêteurs espagnols ont été intrigués par ce numéro français, retrouvé dans le répertoire du téléphone portable d’un des suspects, et l’ont communiqué à Paris. Les services de renseignement français planchent sur cette éventuelle piste, sans qu’à ce stade il puisse être question d’éventuelle complicité. Depuis la double attaque terroriste de jeudi soir en Espagne, les services français n’ont lancé aucune opération de police sur le territoire national.
En revanche, de nombreuses vérifications techniques auraient déjà été effectuées pour savoir si les membres du commando ont eu des liens ou des "relations conspirationnistes" en France. Mais "rien ne mène chez nous à ce stade", jure une source au sein des services, qui ne nie pas en revanche que "tous les moyens sont mis" pour traquer de ce côté-ci des Pyrénées, Younès Abouyaaqoub, le Marocain de 22 ans soupçonné d’avoir conduit la camionnette qui a tué 13 personnes jeudi sur les Ramblas de Barcelone.
 
Les éléments du puzzle s’assemblent peu à peu. Une chose est sûre, le commando de Ripoll avait loué trois camionnettes… laissant penser que trois sites étaient au départ ciblés. "Selon un rapport de la police espagnole, la Sagrada Familia était visée", confie au JDD une source policière française. Symbole de Barcelone, la basilique inachevée de Gaudi est visitée chaque année par plus de 3 millions de touristes et ses visiteurs sont très exposés dans les files d’attente tout autour de l’édifice des camionnettes bourrées de TATP et de bonbonnes de gaz explosant à proximité auraient fait des dizaines de victimes…
La dimension symbolique d'un attentat revêt une importance capitale pour Daech. Jeudi 17 août Daech a attaqué les Rambals, une avenue emblématique de Barcelone. Pour l'instant, le bilan de l'attaque est d'au moins 13 morts et d'une centaine de blessés.
 
Cette artère, qui relie la place la plus importante de la ville, la plaça Catalunya (la place de Catalogne) et le vieux port, s'étend sur plus d'un kilomètre. Peu à peu délaissée par les locaux, elle accueille aujourd'hui essentiellement des touristes venus des quatre coins du monde.
La Sagrada Familia était-elle la cible ?
Des ressortissants d'au moins 34 nationalités figurent ainsi au nombre des morts et des blessés. Parmi eux des touristes venus de France, d'Allemagne, d'Algérie, mais aussi d'Irlande, de Cuba ou encore de Chine.
Les Ramblas sont occupées par des vendeurs de souvenirs, mais également de nombreux commerces ou restaurants. L'artère est un lieu de passage pour près de 78 millions de personnes chaque année, soit environ 200.000 par jour.
Un lieu emblématique de la ville tel que la Sagrada Familia ou le parc Guëll. C'est aussi sur les Ramblas que sont historiquement célébrées les victoires du FC Barcelone, le mythique club de football de la ville. Une artère au cœur de laquelle la jeunesse se réunit, manifeste ou fait la fête.
 
Différents symboles jalonnent les Ramblas. On y trouve le théâtre du Liceu, le plus ancien de la ville. Non loin se dresse également le palais Guëll, une réalisation de l'architecte Antoni Gaudí, entrée en 1984 au patrimoine mondial de l'Unesco, ou encore la colonne Christophe Collomb, construite en 1888 en l'honneur du navigateur. Le marché de La Boqueria et ses célèbres étals de fruits et légumes, jouxte aussi l'avenue, un autre emblème de la ville.
Sur les Ramblas figure enfin l'œuvre de l'artiste espagnol Miró : Le Pla de l'Os. Une allégorie à l'ouverture installée à même le sol en 1976. Hier, c'est précisément à cet endroit, que la camionnette a arrêté sa course folle.
La Sagrada Familia était-elle la cible ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article