Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Bob Woodward

La branche afghane de l'Etat Islamique décapitée ?
L'armée américaine a tué le nouveau chef du groupe Etat islamique (EI, ou Daech) en Afghanistan lors d'un bombardement en début de semaine dans la province de Kunar, trois mois après la mort de son prédécesseur dans de semblables circonstances, a annoncé vendredi 14 juillet le Pentagone.
 
Les Etats-Unis intensifient leur lutte contre l'organisation extrémiste dans ce pays, craignant que l'Afghanistan ne devienne à terme la nouvelle plaque tournante des jihadistes, qui perdent du terrain en Irak et en Syrie.
 
"Les forces américaines ont tué Abou Sayed", leader de l'EI-Khorasan -appellation de la branche locale de l'EI en Afghanistan- dans une "frappe sur le quartier général du groupe" jihadiste le 11 juillet, a précisé dans un communiqué la porte-parole du ministère américain de la Défense, Dana White.
 
Le "raid aérien a également tué d'autres membres de l'EI-Khorasan et va considérablement perturber les objectifs du groupe terroriste d'intensifier sa présence en Afghanistan", a-t-elle expliqué. "C'est évidemment une victoire de notre côté pour ce qui est de les repousser. C'est la bonne direction", a réagi le chef du Pentagone Jim Mattis. Abu Sayed, chef de l’Etat islamique (EI) en Afghanistan, a été tué dans une frappe aérienne alors qu’il se trouvait au quartier général du groupe dans la province de Kunar, a indiqué le Pentagone vendredi. L’opération s’est déroulée mardi et d’autres membres de l’EI ont également été tués, a précisé la porte-parole de l’armée américaine Dana White dans un communiqué. Abu Sayed est le troisième chef de la branche afghane de l’EI à se faire tuer depuis juillet 2016.
 
Son prédécesseur, Abdul Hasib, avait quant à lui perdu la vie lors d’une opération conjointe américano-afghane le 27 avril dernier dans la province de Nangarhar. Hafiz Saeed Khan, à qui il avait succédé, a été tué par une frappe de drone en 2016. La branche afghane de l’EI, parfois désignée sous le nom d’Etat islamique-Khorasan, du nom de l’ancienne région englobant l’Afghanistan, une partie de l’Iran et de l’Asie centrale, est active depuis 2015. Elle combat à la fois les talibans et les forces afghanes et américaines.
 
Abou Sayed est le troisième "émir" de l'organisation jihadiste en Afghanistan à être abattu par Washington et Kaboul, après Hafiz Sayed Khan l'an dernier et Abdul Hasib fin avril. Ce dernier a été tué lors d'une opération conjointe des forces américaines et locales dans l'est du pays.
 
"Nous allons continuer jusqu'à ce qu'ils soient anéantis", a pour sa part commenté le général américain John Nicholson, en référence aux jihadistes de l'EI qui seraient moins d'un millier en Afghanistan selon le Pentagone.
 
Les forces afghanes et américaines ont lancé une offensive depuis mars 2017, souligne le Pentagone, pour "envoyer à l'EI le message clair qu'il n'y a pas de sanctuaire pour leurs combattants en Afghanistan".
 
En ce qui concerne le leader du groupe, le "calife" autoproclamé Abou Bakr al-Baghdadi, les Etats-Unis n'ont en revanche pas de preuve qu'il a été tué comme l'avait annoncé une ONG syrienne, a aussi indiqué vendredi Jim Mattis.
 
"Si nous savions, je vous le dirais. A cet instant je ne peux ni confirmer ni démentir", a déclaré le chef du Pentagone. "Nous considérons qu'il est toujours vivant et pour l'instant je ne peux pas prouver le contraire", a-t-il ajouté. "Nous le poursuivrons jusqu'au bout", a assuré Jim Mattis.
La branche afghane de l'Etat Islamique décapitée ?
La mort du chef de l'EI avait été annoncée mardi par l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), au lendemain de la proclamation par l'Irak de sa victoire à Mossoul face à l'organisation jihadiste.
 
Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'ONG basée au Royaume-Uni et qui dispose d'un large réseau de sources en Syrie, avait affirmé à l'AFP que de "hauts responsables de l'EI présents dans la province (syrienne) de Deir Ezzor ont confirmé à l'OSDH la mort d'Abou Bakr al-Baghdadi, émir de l'EI".
 
Il avait toutefois indiqué ignorer le lieu, la date ou les circonstances de sa mort supposée.
 
Depuis 2014, des rumeurs et des informations sur la mort du chef de l'organisation jihadiste ont régulièrement circulé. Mais elles n'ont jamais été confirmées. Les Etats-Unis ont offert 25 millions de dollars pour sa capture.
 
Le 22 juin, la Russie avait affirmé avoir "selon une forte probabilité" tué Baghdadi dans une frappe aérienne fin mai près de la ville de Raqa (nord) en Syrie, une information qui n'avait été confirmée par aucune autre source.
 
Abou Bakr Al-Baghdadi n'a plus donné signe de vie depuis un enregistrement audio diffusé en novembre, peu après le lancement de l'offensive sur Mossoul, dans lequel il exhortait ses hommes à lutter jusqu'au martyre.
La branche afghane de l'Etat Islamique décapitée ?

Commenter cet article