Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Bob Woodward

Un passeport pour le paradis ?
Un passeport pour gagner le paradis. C’est l’une des dernières trouvailles de Daech, exclusivement destinée à ses candidats aux attentats-suicides.
 
Certains exemplaires de ce passeport ont été découverts par les Forces Syriennes, dans les zones libérées de Rakka, au nord de la Syrie, jusqu’alors plus grosse ville syrienne occupée par l’État islamique et capitale économique de Daech dans le pays.
 
Selon les informations relayées par l’agence kurde Hawer news agency (ANHA), le passeport en question, « professionnellement imprimé en vert et or, n’est pas personnalisé ». Il ne porte ni l’identité, ni les renseignements sur la date et le lieu de naissance de son titulaire. En guise de nom, la mention « musulman » ; pour la profession, celle de « propagateur de l’islam ».
 
Le document, dont des photos sont activement partagées sur les réseaux sociaux, « contient aussi des passages du Coran concernant l’enfer et le paradis, et indique que son propriétaire ne peut se rendre qu’au paradis », indique RT Arabic, chaîne de télévision russe. D’autres pages encouragent, en passant, les militants à poursuivre les attentats-suicides.
 
Un tel passeport, proposant un voyage sans escales vers le paradis, constitue une offre alléchante pour nombre de militants de Daech, tous considérés comme des kamikazes en puissance par l’organisation terroriste. L’attentat-suicide constitue la finalité par excellence de l’action d’un combattant de Daech, pour qui la mort est une délivrance à portée de main.
 
« Les combattants de Daech se rendent en Syrie et en Irak pour mourir. Ils savent qu’ils vont mourir, ils l’ont choisi. La fascination pour la mort est une chose qui existe dès le départ, elle est au centre de leur projet », analyse Olivier Roy, politologue et auteur du Djihad et la Mort.
 
Aller au paradis constitue ainsi pour eux l’ultime récompense, « puisqu’il n’y a pas d’avenir, no future », poursuit-il. Daech est le constructeur d’un « grand récit de l’apocalypse, de la dernière grande bataille, dans un monde où plus rien n’est bon à prendre ».
Un passeport pour le paradis ?
Pour Olivier Roy, les djihadistes ne s’intéressent pas au bien de la société ; ils ne sont pas des utopistes, mais des nihilistes, fascinés par la construction narrative de Daech, qui fait d’eux « des héros, certes négatifs à nos yeux, mais qui ont leur minute de gloire » au sein de l’organisation.
 
Une étude publiée en janvier 2017 par le « Jane’s Terrorism & Insurgency Centre », installé à Londres, révèle que Daech est de plus en plus meurtrier, malgré la perte de ses territoires en Irak et en Syrie. Le rapport indique que dans le monde, les seules attaques ou attentats menés par Daech ont causé la mort de 39 % des victimes civiles de conflits en 2016. Ce chiffre est minimal car il ne retient que les morts vérifiées.
 
Ainsi, plus Daech recule sur le terrain, plus il se livre à des attentats à l’intérieur comme à l’extérieur des territoires qu’il défend. Pour compenser cette régression territoriale, « tout le monde est mobilisé aujourd’hui ; l’attentat-suicide est systématisé, alors qu’avant, Daech pouvait compter sur les volontaires », conclut Olivier Roy.
Un passeport pour le paradis ?

Commenter cet article