Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Bob Woodward

Le ramadan, mois des attentats ?
Trois jours après l'attentat meurtrier survenu à Londres, un homme a agressé un policier ce mardi sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame-de-Paris. Une multiplication d'attaques qui peut s'expliquer à l'aune du démarrage du ramadan, période pendant laquelle les organisations terroristes n'hésitent pas à exhorter leurs troupes à frapper l'ennemi.
 
150 morts à Kaboul mercredi dernier, 7 morts à Londres samedi, un policier agressé à Paris ce mardi, un double attentat en Iran...  Alors que le mois de jeûne du ramadan a commencé le 27 mai dernier, plusieurs attentats ont été perpétrés de par le monde depuis son démarrage. Pour les cadres des organisations terroristes comme Daech, cette période est propice au djihad. Ces derniers jours, Abou-Hassan al-Muhajir, porte-parole de l'EI a  en effet annoncé la couleur, appelant notamment à "des attaques contre les maisons occidentales, leurs marchés, leurs routes et leurs forum" dans un message audio diffusé sur les médias de l'organisation terroriste.
 
L'année dernière, Abou Mohammed Al-Adnani (porte-parole de Daech à l'époque) avait aussi invité ses troupes à perpétrer des attentats à la veille du mois sacré : "Préparez-vous, soyez prêts… pour en faire un mois de calamité partout pour les non-croyants".
 
Ces velléités  terroristes s'expliquent. Si le mois du ramadan est un synonyme de paix et de piété chez les musulmans, ce message est dévoyé par les djihadistes, nous expliquait déjà en 2015 Roland Jacquard, président de l'Observatoire international du terrorisme : "Pour les groupes terroristes, c'est en effet une période d'incitation au djihad : ceux qui manipulent des jeunes leur font croire que c'est le moment ou jamais de défendre leur religion. Le ramadan, c'est la période du pardon, mais les radicalisés prennent le contre-pied : ils veulent ainsi se singulariser par rapport à l'ensemble des musulmans. Maintenant, les périodes de ramadan deviennent extrêmement dangereuses."
 
"C'est le mois de l'effort guerrier", ajoute Mathieu Guidère, professeur d'islamologie et de pensée arabe à Toulouse 2, cité par le JDD. Selon lui, "les djihadistes sont embrigadés et agissent de cette manière uniquement pour la religion et ainsi obtenir le salut. Pour eux,  et tout cela est décuplé avec le mois du ramadan". 
 
Un avis partagé par Frédéric Encel, spécialiste du Moyen-Orient, cité par BFM TV : "Les islamistes radicaux, qui instrumentalisent certains versets du Coran, considèrent que c’est pendant le ramadan qu’il faut frapper les ennemis et qu’ils iront plus rapidement et bien mieux au paradis d’Allah". Mathieu Guidère précise aussi que ce phénomène existe "depuis les années 1990 notamment avec le Groupe islamique armé (GIA)". Le Groupe islamique armé (GIA) algérien, tout comme Al-Qaida, profitaient en effet du ramadan pour lancer des actes terroristes de grande ampleur. 
 
France Culture note enfin que l'an dernier, "il y a eu près de 400 victimes civiles durant le mois de Ramadan"..
 
Le mois du ramadan est supposé être un mois de piété, d’élévation spirituelle, de jeûne, de partage, pour se rapprocher d’Allah, selon les déclarations sciemment incomplètes des imams en Occident, reprises en chœur par nos dirigeants, médias et élites.
 
Mais, si le ramadan est un mois de jihad spirituel, de purification de son âme pour être plus proche d’Allah, pour de nombreux musulmans, dits ‘modérés’ il est aussi un mois de guerre sainte, de djihad contre les infidèles, pour les ‘pieux’ musulmans, soucieux d’obéir aux ordres d’Allah, clairement exprimés dans le coran.
 
« Notre combat est la guerre sainte, le jihad, un acte d’adoration obligatoire. Et chaque acte d’adoration est récompensé septante fois plus pendant le ramadan » a déclaré le porte-parole des talibans, Zabihula Mujahid en réponse à la demande de l’ONU de cesser toutes hostilités pendant le ‘mois sacré du ramadan’ appel qualifié d’ignorance religieuse.
 
Quel musulman occidental modéré aura l’audace d’expliquer à ce ‘pieux’ taliban qu’il ne connaît rien à l’islam, car le ramadan n’est que paix et enrichissement spirituel ?
 
L’EI, quant à lui, a appelé les musulmans à montrer leur ‘piété, au cours de ce mois sacré du ramadan, en perpétrant des attaques djihadistes aux USA, en Europe et en Russie. Message reçu cinq sur cinq par les terroristes islamistes de Londres.
 
Dans une nouvelle vidéo, l’EI demande aux musulmans de verser le sang des infidèles pendant le ramadan, de les frapper ‘dans leurs maisons’, dans les coins de rue’ et de les tuer. (« Attack them in their homes » Isis in tiwsted call for bloodshed during Ramadan)
 
C’est une référence à l’exhortation coranique à frapper les polythéistes, partout où ils se trouvent, mais adaptée à la période du ramadan :
 
« Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salat et acquittent la Zakat, alors laissez-leur la voie libre, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux » (coran 9 : 5)
 
En 2012, un groupe djihadiste tchétchène expliquait : « Le mois du ramadan est un mois de guerre sainte et de mort pour Allah. C’est un mois de lutte contre les ennemis d’Allah et de son messager, contre les Juifs et leurs alliés américains. »
 
Faisant allusion à une attaque-suicide djihadiste, perpétrée contre un groupe de touristes israéliens à Burgas (Bulgarie) en juillet 2012, le groupe déclara : « L’un de nos soldats, aidé par Allah a réussi à faire exploser une bombe dans un bus de touristes juifs, les pilleurs de terres sacrées, après les avoir soigneusement traqués. La guerre sainte n’est pas limitée à une arène particulière et nous combattrons les Juifs et les Américains, jusqu’à ce qu’ils quittent la terre de l’islam ».
 
Les récentes attaques terroristes djihadistes ne sont pas des dépravations de l’esprit du ramadan, comme d’aucuns le prétendent, mais l’application pure et simple des croyances fondamentales islamiques.
 
Pendant le ramadan, les musulmans sont exhortés à renouveler et à approfondir leur dévotion envers Allah. C’est donc un moment, où ils sont supposés être plus généreux et plus gentils envers leurs autres frères musulmans.
 
Cependant, il est écrit dans le coran : « Mahomet est le Messager d’Allah, et ceux qui sont avec lui sont sévères contre les mécréants et miséricordieux entre eux’ »(48:29).
Le ramadan, mois des attentats ?
Si l’impératif du ramadan est de devenir plus dévot, le musulman qui s’applique avec diligence à l’observance du ramadan sera à la fois plus miséricordieux envers ses camarades musulmans et plus sévères à l’égard des incroyants.
 
Dès lors, le fait de tuer des infidèles pendant le mois sacré ne contredit nullement l’esprit du ramadan, bien au contraire, il l’incarne.
 
Les plus grandes batailles du prophète se sont d’ailleurs produites au cours du mois bénit du ramadan, le mois du djihad, du zèle guerrier, de l’enthousiasme sanglant.
 
« Tout au long de l’histoire musulmane, le ramadan n’a pas seulement été un mois d’adoration d’Allah et de rapprochement,, mais aussi un mois d’action et de djihad, visant à répandre la plus grande religion du monde. Le ramadan a toujours été un mois de grandes conquêtes… » (Ali Gum’a, alors grand Mufti d’Égypte, Al Haram, juillet 2012.).
 
« Selon la tradition islamique, le sacrifice pendant le ramadan est bien plus précieux, que celui pratiqué à d’autres moments. Dès lors, un appel au martyre pendant le mois sacré peut exercer un attrait particulier chez certains musulmans. » (Report by the U.S. State Department-led Overseas Security Advisory Council, The Independent, June 9, 2016)
 
En 2012, Hussein Shehata, un membre des Frères musulmans, conférencier à l’Université d’al-Azhar, écrivit :
 
« Le jeûne (pendant le ramadan) est l’un des moyens les plus puissants pour éduquer l’esprit humain au djihad. Le jeûne implique un effort spirituel considérable pour agir d’une manière contraire à ce qui est accepté et pour abandonner complètement ses désirs… Il enseigne également aux musulmans la patience, la ténacité, l’endurance et le sacrifice, caractéristique du combattant djihadiste… Le ramadan est le mois de la victoire pour ceux qui font le djihad pour Allah. C’est pendant le mois sacré du ramadan que le prophète remporta de grandes victoires : la première grande bataille de l’islam, celle de Badr en l’an 2 de l’Hégire (624)… la conquête de la Mecque (630)… Nous appelons tous ceux qui jeûnent à se souvenir de leurs frères, ceux qui font le djihad pour l’amour d’Allah : en Palestine, contre les Juifs, descendants de singes et de porcs ; en Irak, contre les Américains ; En Bosnie-Herzégovine, contre les croisés serbes ; en Tchétchénie, contre les Russes ; au Cachemire, contre les Indiens idolâtres… partout dans les terres de l’Oumma islamique (la communauté), contre ceux qui combattent les musulmans. »
 
Après chaque attentat terroriste, médias occidentaux et responsables politiques égrènent les mêmes platitudes et gentiment nous ‘remontent le moral’ en nous conseillant désormais de nous résigner à vivre en compagnie de la terreur islamique, de l’accepter dans le cadre de notre vie, comme la nouvelle ‘normalité’ au même titre qu’une catastrophe naturelle.
 
Ils nous demandent en quelque sorte de nous résigner à mourir ‘pour la cause d’Allah’, par les mains de ses soldats, de nous soumettre à l’idéologie de mort, de capituler sans résister…
 
Il est dangereux, voire carrément suicidaire pour les Occidentaux de continuer à prétendre que le ramadan n’est pas le mois du djihad guerrier. La persistance de cet aveuglement volontaire sera responsable de la mort d’autres innocents.
Le ramadan, mois des attentats ?

Commenter cet article