Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Bob Woodward

L'Algérie, pays le plus corrompu du monde ?

Transparency International classe l’Algérie parmi les pays les plus corrompu de la planète. Avec une honteuse 108e place, le pays géré depuis 18 ans par Abdelaziz Bouteflika, perd encore 20 places par rapport à 2015.

L’Algérie obtient ainsi un score négatif de 34 sur 100 (36/100 en 2015), et se classe troisième pays le plus corrompu du Maghreb loin derrière la Tunisie (75e) (qui a obtenu la mention du "bon élève" de la région MENA) et le Maroc (90e).

L’Égypte, l’Éthiopie et la Côte d’Ivoire se classent à la même scandaleuse place et récoltent, tout comme l’Algérie, les critiques acerbes de cette instance internationale.
Anticipez la hausse des frais bancaires

Les premiers rangs de ce classement sont occupés respectivement par le Danemark, la Nouvelle Zélande et la Finlande.

Les pays scandinaves sont à l’honneur, puisqu’ils se retrouvent tous dans le top 10 du classement. La France se classe quant à elle au 23e rang, les Emirats Arabes est 24e, le Qatar est 31e et le Botswana, premier pays africain le plus clean est 35e et incarne ainsi cette Afrique qui avance malheureusement sans nous!La précision du journal Le Monde à la "protestation algérienne" ne manque pas de cette perfidie propre aux grands esprits et au moyen de laquelle ils enfoncent plus qu’ils ne réhabilitent le protestataire.

Abdelaziz Bouteflika, n’apparaît pas dans les «Panama papers». Ce sont des proches du chef de l’État qui sont soupçonnés d’avoir détourné une partie des ressources du pays..

Ce n’est donc pas le Président qui est accusé, ce sont des "proches à lui" qui auraient "détourné une partie des ressources du pays"… durant ses mandats. Tout est dit.

Il est tout à fait inimaginable que des actes de prédation de l’ampleur de ceux qui ont touché Sonatrach ou l’autoroute Est-Ouest, aient pu se produire, avec récurrence, sans que la présidence de la République n’en soit informée. Pourquoi avoir laissé faire ? S’il est encore trop tôt pour parler de complicité, on peut, en revanche, noter des responsabilités avérées du chef de l’État dans la vague prédatrice qui a secoué le pays.

D’abord ce fait troublant. Dès l’arrivée de Bouteflika au pouvoir, en 1999, Sonatrach sera gérée, durant 4 ans, par Chakib Khelil lui-même et seulement par lui. Le PDG de la société est limogé sans qu’un remplaçant ne soit désigné ! Sonatrach sera administrée "par le haut", dans l’opacité, en vase-clos, comme une caisse noire.

L'Algérie, pays le plus corrompu du monde ?

Abdelaziz Bouteflika a fait en sorte que la question pétrolière ne fasse jamais l’objet de débat ni de concertation. En plus de limoger le PDG sans le remplacer, le nouveau président dissout le Conseil national de l’énergie, créé en 1995 sous la présidence de Zeroual, "chargé d’assurer le suivi et l’évaluation de la politique énergétique nationale à long terme, de façon à garantir l’avenir énergétique du pays". Cette instance présidée par le chef de l’État et composé des ministres de l’Énergie, de la Défense, des Affaires étrangères et des Finances, ne s’est plus réunie depuis 1998.

II suffit d’observer le fonctionnement de Sonatrach pour relever l’absence totale de contrôle a priori et a posteriori. L’opacité et le secret qui entourent ces contrats ainsi que les permis de recherche et d’exploitation sont mieux gardés que ceux des contrats d’armement.

Ensuite, la totale protection de Khelil. "Je ne suis rien à côté de Chakib Khelil, à qui je ne pouvais rien refuser : il jouissait de la protection du n° 1 (…) Je n’ai fait qu’exécuter les ordres de Chakib Khelil". La déclaration est de Mohamed Meziane, ex-président-directeur général de Sonatrach. Aveux faits devant des enquêteurs après l’éclatement de l’affaire Sonatrach en 2010. Le n°1 évoqué par Mohamed Meziane n’est autre que le président Abdelaziz Bouteflika lui-même.

C’est le président qui a couvert le scandale de la société mixte algéro-américaine, Brown and Root Condor (BRC) à qui Chakib Khelil avait confié, illégalement, vingt-sept projets pour un montant se chiffrant à plusieurs milliards de dinars. Bizarre ! Vous avez dit bizarre ? L’avenir le dira.

L'Algérie, pays le plus corrompu du monde ?

Commenter cet article