Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Bob Woodward

Camarade Bob a-t-il ruiné son pays ?

Malgré la crise que traverse le Zimbabwe, le plus vieux chef d’État du monde sera de nouveau candidat à la présidentielle de 2018.

Robert Mugabe est un recordman mondial. Depuis que l’Israélien Shimon Peres a mis fin à sa carrière politique, en 2014, le président zimbabwéen, âgé aujourd’hui de 92 ans, est le plus vieux chef d’État en exercice au monde. Mais cela n’a pas suffi à calmer l’ambition du personnage. Lors du congrès annuel de l’Union nationale africaine du Zimbabwe – Front patriotique (ZANU-PF, au pouvoir), à Masvingo, du 13 au 17 décembre, il a été de nouveau investi pour la présidentielle de 2018.

S’il remporte cette élection (et s’il survit jusque-là), « Camarade Bob » pourrait donc rester au pouvoir jusqu’à ses… 99 ans. Aux yeux de la ligue des jeunes de son parti, ce n’est pas encore assez : elle a carrément proposé de lui conférer un statut de président à vie. « Mugabe doit diriger pour l’éternité », ont entonné ses partisans.

La situation du pays ne plaide pourtant pas pour la continuité. En juillet et août, le gouvernement a dû faire face à une contestation inédite. Celle-ci était notamment menée, via les réseaux sociaux, par le pasteur Evan Mawarire, qui a depuis dû s’exiler. Parallèlement, l’économie zimbabwéenne replonge dans ses travers du début des années 2000 : le pays est entré cette année dans une récession qui devrait s’accentuer en 2017 (le FMI prévoit un recul de 2,5 % du PIB) et est confronté à une pénurie de cash.
Depuis quelques semaines, elle se vend en seau au coin des rues, aussi précieuse qu'une liasse de dollars américains. Dans Bulawayo (au sud du pays) écrasée par la sécheresse, l'eau potable est une denrée rare, qui fait l'objet d'un commerce sans scrupule. Officiellement au chômage comme la quasi-totalité des Zimbabwéens, Bernard Phiri s'est improvisé "vendeur d'eau" dans les rues de la deuxième ville du pays pour arrondir ses fins de mois. Sans le moindre état d'âme. "Je n'ai pas de voiture mais je loue une camionnette à un prix raisonnable pour livrer de l'eau", raconte-t-il. "Mon bénéfice est marginal, mais au moins ça me rapporte un petit quelque chose à la fin de chaque journée". Pour un seau de 20 litres d'eau potable, il demande un dollar. La moitié seulement si son client lui précise qu'il n'en a besoin que pour faire sa toilette ou laver son linge. Son activité est florissante, Bernard Phiri confie vendre jusqu'à 1.000 litres les meilleurs jours...

Depuis des mois maintenant, Bulawayo manque cruellement d'eau. Comme le reste de l'Afrique australe, le Zimbabwe étouffe sous un soleil de plomb qui brûle les récoltes, tarit les nappes phréatiques et assèche les gorges. Cette 3e année consécutive de sécheresse, aggravée cette saison par l'anomalie climatique El Nino, a contraint les autorités de Bulawayo et de la capitale Harare à rationner l'eau. Officiellement, les coupures d'eau ne dépassent pas trois jours consécutifs. Mais il n'est pas rare que, dans certains quartiers, les robinets restent coupés plusieurs semaines. Les autorités municipales ont bien mis en place un système de distribution d'urgence par citernes ou autour de puits mais, très vite, il a été dépassé par la demande. Alors, comme toujours au Zimbabwe, le système informel a pris le relais. Dans les rues ont fleuri toutes sortes de panneaux publicitaires griffonnés à la hâte de promesses alléchantes : "Nous creusons des puits" ou "citernes d'eau de 10.000 litres, 5.000 litres, 2.500 litres ou 500 litres". Faute de mieux, de nombreux habitants n'ont eu d'autre choix que de se ravitailler auprès de revendeurs clandestins. Mandla Dungeni est devenu un expert de ce négoce de la pénurie. "J'identifie et je contacte les personnes qui ont besoin d'eau et après, je trouve des solutions pour les livrer, soit pendant la nuit, soit en plein jour de façon très discrète", explique-t-il. "Nous les Zimbabwéens avons connu beaucoup de souffrances. Ca nous a rendus très créatifs dès qu'il s'agit de trouver des solutions", ajoute, fier de lui, ce chômeur de Bulawayo. Dirigé d'une main de fer depuis 1980 par Robert Mugabe, le Zimbabwe traverse une grave crise depuis une quinzaine d'années. Asphyxiée par le manque de liquidités, son économie tourne au ralenti et 90% de sa population active n'a pas d'emploi formel.

La municipalité de Bulawayo a bien tenté d'interdire le système de distribution parallèle d'eau. Mais sans succès. "La qualité de l'eau n'est pas garantie", s'inquiète la conseillère chargée de l'ingénierie et de l'environnement, Silas Chigora. La crainte d'une catastrophe sanitaire est partagée par une partie de la population. Beaucoup de Zimbabwéens ont encore en mémoire l'épidémie de choléra qui a fait au moins 4.000 victimes en 2008, largement favorisée par l'état déplorable du système de distribution d'eau potable. "Soixante-douze heures sans eau courante, ce n'est pas une plaisanterie", juge Mandla Gumede, une résidente du quartier périphérique de Magwegwe. "Seule la grâce de Dieu nous a épargnés des épidémies." En attendant le retour de l'eau au robinet, de nombreux habitants de cette banlieue de Bulawayo ont pris leur précaution en stockant des dizaines de bouteilles. Soneni Ndiweni, 54 ans, a même transformé une des pièces de sa maison en entrepôt. Jusqu'à présent, elle a refusé de s'approvisionner auprès des vendeurs clandestins. "Ce qui m'inquiète, c'est la santé. Il n'est jamais sûr d'utiliser de l'eau dont on ne connaît pas la provenance, donc on en garde suffisamment pour boire", dit-elle, "et si on est un jour obligé d'en acheter, on ne l'utilisera que pour le linge et la toilette". Malgré ces réticences, Bernard Phiri reste persuadé que son commerce a de beaux jours devant lui. De l'avis des agences de l'ONU, le pire de la sécheresse reste à venir. "On ne fait que satisfaire une demande", note le vendeur d'eau, "les gens apprécient qu'on leur rende ce service."

Camarade Bob a-t-il ruiné son pays ?

Les dollars américains se font rares, et le dollar zimbabwéen n’existe plus depuis 2009. Cette monnaie, devenue sans valeur du fait de l’hyperinflation, a dû être abandonnée. Pour faire face à la situation et permettre les transactions, le gouvernement imprime depuis novembre des titres obligataires (« bond notes »), qui ressemblent furieusement à une nouvelle monnaie de singe. Ils sont théoriquement alignés sur le dollar américain, mais, déjà, de nombreux Zimbabwéens s’en débarrassent à prix bradé sur le marché noir.

Au pouvoir depuis 1980, Robert Mugabe a toutefois connu bien d’autres défis. L’ancien héros de l’indépendance est devenu un despote affaibli par la maladie, mais il n’a rien perdu de son habileté tactique. Il continue d’appliquer méthodiquement la recette qui lui a toujours permis de garder le dessus sur ses rivaux : diviser pour régner.

L’opposition est sortie lessivée, morcelée et en partie discréditée de sa cohabitation avec lui (2009-2013). Dans son propre parti, le vice-président et dauphin constitutionnel, Emmerson Mnangagwa, surnommé « le crocodile », attend son heure. À 70 ans, ce vieux compagnon de route, disposant de relais dans l’armée, hériterait du pouvoir jusqu’au prochain scrutin si le président venait à disparaître. Face à lui, la première dame, Grace Mugabe, entourée d’ambitieux quadras du parti, se dresse de plus en plus ouvertement.

Robert Mugabe avait facilité son émergence pour qu’elle le débarrasse de l’ancienne vice-présidente, Joice Mujuru, finalement exclue du parti en 2015 – Camarade Bob n’a jamais toléré qu’on lui fasse de l’ombre. Depuis, Grace Mugabe est devenue un contrepoids utile au sein du camp présidentiel.

Le chef de l’État laisse les deux clans s’écharper, quand il n’attise pas lui-même les rivalités en sous-main. Elles lui ont permis de se poser en rassembleur lors de son congrès. « Nous sommes convenus de mettre un terme à nos différends et à nos divisions », a-t-il lancé, allant jusqu’à dénoncer « l’ambition éhontée et débridée de ceux qui font complètement fi des autres ». Et ce n’était pas de lui qu’il parlait.

Camarade Bob a-t-il ruiné son pays ?

Commenter cet article