Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Bob Woodward

Liban : la tentation de Daech ?

Le groupe Etat islamique perd des territoires au nord depuis plusieurs mois. Mais dans le même temps, sa zone d'influence s'étend vers le Liban, dans les régions du sud-ouest de la Syrie.
Le groupe Etat islamique (EI) perd peu à peu le contrôle de territoires en Syrie et en Irak. Concrètement, en cette fin d'année 2015, la zone sous le joug de Daech (acronyme arabe de l'EI) est 14% plus petite qu'en 2014, selon l'institut spécialisé IHS Jane's basé outre-Manche, à Londres. Mais faut-il y voir pour autant le déclin de l'organisation terroriste ? Pas vraiment, car si elle perd des territoires au nord, elle en gagne au sud-ouest de la Syrie, en direction du Liban.

Daech a perdu 12 000 km². L'EI contrôlerait aujourd'hui un territoire de 78 000 km², contre 90 000 km² l'an dernier. L'une des pertes de l'EI est la zone frontalière nord entre la Turquie et la Syrie, dans la région de Tal Abyad, qui était l'un des principaux points de passage de la frontière turque pour le groupe. Ce groupe extrémiste, qui a proclamé la création d'«un califat islamique» en juin 2014, a essuyé plusieurs échecs en Irak et en Syrie, mais il a, en revanche, commis une série d'attaques spectaculaires à travers le monde qui ont fait des centaines de morts.
En Syrie, le groupe s'est retiré de vastes territoires dans la province de Hassaké (nord-est) et de plusieurs localités dans celle d'Alep (nord).
En Irak, il a perdu le contrôle de la ville de Baïji et sa raffinerie dans la province de Salaheddine en octobre, et de Sinjar à l'ouest de Mossoul le mois dernier. Ces défaites l'ont privé d'une route d'approvisionnement stratégique entre l'Irak et la Syrie, et d'autres régions à Diala et Kirkouk.

Les Kurdes gagnent des territoires. A l'inverse de l'EI, les Kurdes syriens, principaux opposants à Daech, auraient presque triplé leur zone d'influence qui s'étend aujourd'hui à près de 16 000 km². «Daech est attaqué sur plusieurs fronts et par différents acteurs, comme le Parti de l'Union démocrate kurde (PYD) à Hassaké, le Parti démocratique du Kurdistan (PDK) et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) à Sinjar», souligne Fabrice Balanche, chercheur et géographe. L'armée syrienne, appuyée par les frappes russes, combat l'EI à l'est d'Alep et dans les localités d'al-Qaryantaïn et de Palmyre dans la province d'Homs (centre) et la France et la Russie bombardent Raqa (nord)», ajoute-t-il.

Un changement de stratégie. Selon plusieurs experts, Daech a changé de stratégie à cause des raids dont il est la cible, de l'anéantissement des ses dépôts logistiques et de la perte de plusieurs routes d'acheminement. Les régions sous contrôle des jihadistes sont intensivement bombardées par les avions de la coalition internationale menée par les Etats-Unis et de la Russie, surtout depuis les attentats de Paris (130 morts) et d'un avion russe en Egypte (224 morts) revendiqués par l'EI.

Par ailleurs, malgré la diminution de son territoire, l'EI s'étend dans le Sud-Ouest, en direction du Liban. Plusieurs sources diplomatiques estiment que Daech veut étendre son combat au Liban pour tenter de semer une discorde confessionnelle qui mettrait en difficulté le Hezbollah et l'obligerait à réduire ses effectifs en Syrie.

L'EI compte de plus en plus de combattants. Malgré ces replis et les pertes liées aux bombardements l'EI reste puissant et «capable de frapper partout et de recruter de nombreux étrangers», affirme Karim Bitar, de l'Institut français de relations internationales. Soufan Group, un institut américain spécialisé dans le renseignement, a récemment estimé que le nombre de jihadistes étrangers en Irak et en Syrie avait plus que doublé en un an et demi pour atteindre entre 27 000 et 31 000 combattants. «Certes, l'EI a été contraint d'effectuer des retraits tactiques et limités, mais depuis sa prise de contrôle de Mossoul, il n'a subi aucune perte militaire déterminante capable d'affecter radicalement le moral» de ses troupes, ajoute M. Bitar. Il a même étendu son rayon d'action à la Libye et dispose d'un soutien accru de groupes armés dans plusieurs pays, notamment africains.

Dans la même optique, Fabrice Balanche estime que «l'EI organise des attentats au coeur des pays membres [de la coalition] comme la France dans une tentative de déstabilisation et pour gagner la bataille de la propagande qui peut lui apporter des combattants et des financements».
Qui veut déstabiliser le Liban ?

La question se pose de plus en plus sérieusement après la multiplication d'incidents sécuritaires divers, un peu partout dans le pays. Les instances internationales continuent de parler d'un « parapluie international » qui protège le Liban, mais depuis les attentats de Qaa, chaque semaine apporte son lot d'incidents. Bien que les responsables ne cessent de répéter que la situation sécuritaire au Liban est de loin préférable à celle des pays voisins ou même de nombreux pays dans le monde, la réalité est un peu moins rassurante. Non pas seulement parce que des incidents se produisent régulièrement dans la plupart des régions du pays – ce qui serait compréhensible, même sans la présence d'un si grand nombre de déplacés syriens et de réfugiés palestiniens – mais surtout parce que ces incidents sont souvent le reflet ou la concrétisation d'un climat politique malsain, où chaque dossier se transforme en sujet de polémique.

Depuis quelques jours, le dossier explosif du camp de Aïn el-Héloué a été rouvert et c'est actuellement la course entre les tentatives de contenir les conflits en les empêchant de s'étendre à Saïda et ses environs et la détermination de certaines parties dans le camp, notamment les groupes extrémistes proches de l'État islamique et d'el-Qaëda, à provoquer des affrontements pour mettre la main sur le camp et à l'utiliser ensuite comme base d'action pour tout le Liban. L'ouverture du dossier de Aïn el-Héloué n'est pas anodin, sachant que ce camp n'a pas seulement la plus forte concentration de combattants potentiels au Liban, mais de plus, il est situé à proximité de la route côtière qui relie le sud du Liban, fief du Hezbollah, à la capitale et à sa banlieue sud.

On se souvient à cet égard de l'épisode du cheikh Ahmad el-Assir, qui avait réussi pendant quelques mois à placer la « portière de Saïda » sous son contrôle, menaçant ainsi les déplacements du Hezbollah, de ses partisans et de sa base populaire entre la capitale et le Sud. Le Hezbollah avait alors eu la sagesse de rester à l'écart, laissant l'armée faire face à ce fauteur de troubles qui avait essentiellement recruté ses partisans au sein du camp de Aïn el-Héloué. Ahmad el-Assir est donc tombé dans le piège en attaquant l'armée et en l'obligeant ainsi à réagir et à mettre un terme à son pseudo-mouvement de protestation.

Aujourd'hui, il est toujours en prison et son procès est en cours, et il y a peu de risques qu'un de ses partisans puisse suivre son exemple. Mais cela ne signifie pas que la tentation, pour certains groupes, de créer des troubles sur la route côtière menant vers le Sud a totalement disparu. La menace persiste donc, en dépit des accords conclus entre les services de renseignements libanais et la plupart des factions palestiniennes pour éviter tout débordement des conflits en dehors du camp.

Un autre dossier qui menace la stabilité du Sud a fait récemment son apparition à Chebaa. Les autorités locales dans ce bourg souhaitaient ouvrir un hôpital avec des financements venus des pays du Golfe. Mais le Hezbollah présent en force dans la région aurait poussé ses alliés dans la bourgade à refuser une telle ouverture, craignant que cet hôpital ne soit utilisé pour soigner les combattants de l'opposition syrienne présents de l'autre côté de la frontière, au pied du mont Hermon, et qui peuvent s'introduire facilement en territoire libanais par les nombreux passages clandestins de cette région montagneuse. Le Hezbollah ne veut pas en effet que les combattants syriens, sous couvert de se faire soigner, s'installent à Chebaa et ses environs, qui sont des localités dont la population est à majorité sunnite.

Liban : la tentation de Daech ?

Dans le même contexte, les incidents continuent à se multiplier dans le jurd de Ersal entre l'armée libanaise et le Hezbollah d'une part et les combattants de l'opposition syrienne de l'autre, sachant que le Hezbollah n'hésite plus à revendiquer ses opérations dans ce secteur, alors que jusqu'à présent, il restait discret en raison de la proximité des positions de l'armée libanaise.

Enfin, le Nord est lui aussi le théâtre d'incidents suspects. Mouïn Merehbi, député du Akkar, avait déclaré récemment qu'il y avait dans ce secteur près de 800 sympathisants de Daech. Cette déclaration pourtant stupéfiante n'avait pas suscité une vague de réactions, mais l'affaire des bateaux en provenance de Turquie arrêtés hier par l'armée libanaise au port de Tripoli ravive les inquiétudes sur l'existence d'un plan pour déstabiliser le Liban. L'armée aurait en effet reçu des informations sur des cargaisons douteuses d'armes à bord de ces bateaux et elle aurait entrepris de les soumettre à une fouille stricte non seulement pour connaître le contenu des cargaisons, mais aussi pour découvrir leur destination finale...

Du Nord au Sud, en passant par la Békaa, le Liban est ainsi dans le collimateur des groupes terroristes qui n'ont certes pas la possibilité d'agir ouvertement grâce à la vigilance de l'armée et des différents services de sécurité. Mais les polémiques politiques peuvent permettre à ces groupes de se faufiler à travers les brèches de la division et des conflits confessionnels. Tant que l'EI et ses semblables avaient un grand espace en Irak et en Syrie, le Liban n'était pas leur priorité, mais maintenant que l'étau se resserre autour de ces groupes, la menace pourrait devenir plus précise.

Daech perd donc des territoires, mais est loin d'être sur le point de disparaître en Syrie et en Irak. Avec l'extension de l'organisation terroriste vers le Liban et des candidats aux jihad toujours plus nombreux pour rejoindre ses rangs, l'EI devrait faire encore bien des victimes...

Liban : la tentation de Daech ?

Commenter cet article