Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Bob Woodward

MS 804, un accident d'avion très politique ...

Depuis presque cinq mois, les enquêteurs français et égyptiens tentent de comprendre l'origine du crash du vol Paris-Le Caire qui a causé la mort de 66 personnes, dont 40 Egyptiens et 15 Français. Voici ce que l'on sait.

Le 19 mai vers minuit, le vol MS804 de la compagnie EgyptAir disparaît des radars à 37.000 pieds (11.000m) au-dessus de la Méditerranée, au large de la Crète (Grèce). Le ministre égyptien de l’aviation civile Chérif Fathy estime alors qu’un acte terroriste semble «plus probable» qu’une défaillance technique. Mais l'absence de revendication terroriste et l'enquête judiciaire rendent la thèse de l'accident plus plausible. L’avion aurait fait une série de changements de direction et de virages avant de s’abîmer en mer.
Il y a eu un incendie, selon les boîtes noires

Début juin, les deux boîtes noires sont retrouvées en Méditerranée, en «morceaux» et envoyées en réparation en France. L’analyse de la première boîte révèlera fin juin que des alertes signalant de la fumée s’étaient déclenchées lors du crash.

Le CVR (enregistreur) qui capte les conversations à l’intérieur du poste de pilotage révèle début juillet que lors des derniers instants du vol, les deux pilotes «bataillaient» avec un incendie. Dans le même temps, les derniers restes humains du vol sont localisés et récupérés sur le site du crash. Ils portent des traces de brûlure et d'explosion.

La seconde boîte noire a révélé le 17 juillet que le mot «feu» a été prononcé. Cela confirmerait à la fois la présence d’un incendie à bord et l’hypothèse d’une défaillance technique. Mais l’enquête ne permet pas encore de savoir où et comment l’incendie s’est déclaré. La fumée semblait cependant provenir des toilettes, et l’avant de l’appareil montrait «des signes de détérioration dus à de hautes températures et de la suie», selon la commission d’enquête égyptienne.
Des débris retrouvés en mer

En juillet, des morceaux de carlingue ont échoué sur la plage de Netanya, en Israël. «Il y a de grandes chances pour qu’ils proviennent de l’avion égyptien», selon le bureau du Premier ministre israélien, qui a demandé à ce que les débris soient remis à l’Egypte, ainsi qu’à la France, d’où est parti le vol.
Du TNT identifié à la va-vite par les autorités égyptiennes, réfuté par les enquêteurs français, pollue l'atmosphère entre les deux pays après le crash du vol EgyptAir MS804.

Les enquêteurs techniques et judiciaires du vol MS804 marchent sur des œufs... L'Airbus A320 du vol EgyptAir Paris-Le Caire a disparu en Méditerranée avec 66 passagers à bord, dont 15 Français. Depuis le 18 mai, les familles des victimes restent dans l'ignorance du devenir des corps identifiés comme des résultats de l'enquête. François Hollande, qui a rencontré récemment à l'ONU son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi, reste muet. Ils ont plus parlé ensemble à New York de sujets qui concernent la politique de l'Élysée avec la vente de 24 Rafale, de 4 Falcon 7X et la livraison des 2 navires Mistral à l'Égypte. Pas question de se fâcher pour un accident d'avion...

MS 804, un accident d'avion très politique ...

Justement, ce n'est pas un accident, mais un attentat, martèlent les autorités égyptiennes. La « preuve » : il y a des traces de TNT sur les débris de l'épave. Les gendarmes français des transports aériens chargés de l'enquête judiciaire ont été priés de signer le rapport sans voir les pièces à conviction ni leurs scellés… Outre le fait que le TNT n'est pas l'explosif préféré des terroristes (plus amateurs de C-4 ou de TATP), les traces relevées peuvent provenir d'un transport précédent, d'où la volonté des gendarmes d'aller plus loin dans l'enquête. Circulez, il n'y a rien à voir, signifie le ministère égyptien de l'Aviation. Y aurait-il une thèse d'État égyptienne préférentielle ? Ce ne serait pas la première fois, et le précédent accident majeur franco-égyptien, le crash du charter de Flash Airlines à Charm el-Cheikh en 2004, s'était heurté à une différence entre la « vérité » politique et les faits avérés. Le commandant de bord, ancien général égyptien, héros de la guerre des Six Jours, était officiellement hors de cause, alors que sa désorientation spatiale aux commandes avait été à l'origine du crash.
Pas d'ombre pour EgyptAir

Cette fois, Le Caire doit choisir, entre deux maux le moindre, entre accident et attentat. Troisième alternative : Airbus. Mais rien ne permet d'accréditer la défaillance de l'avion lui-même. Pour les autorités égyptiennes, l'accident résultant d'un défaut de maintenance ou de pilotage doit donc être écarté pour ne pas porter ombrage à la compagnie nationale EgyptAir, bras armé du tourisme national. En France, une campagne de communication télévisuelle tente de redorer l'image du pays. En Grande-Bretagne, EgyptAir lance un vol direct vers Louxor et la vallée du Nil, une offre disparue depuis cinq ans. En même temps, la thèse de l'attentat permet de renforcer l'action de politique intérieure envers les cellules terroristes locales et de justifier la répression.

Dans ce contexte, la thèse de l'accident retenue par la section de recherches de la gendarmerie des transports aériens et par le BEA n'arrange pas les autorités égyptiennes. Les enquêteurs français s'appuient sur l'analyse des débris montrant, grâce à une modélisation en 3D, que l'incendie s'est propagé du cockpit vers l'arrière de l'avion. Ces débris ne présentent pas les déformations typiques d'une explosion.

À ce jour, aucune provision sur les futures indemnisations n'a été versée aux familles. « Les documents viennent d'être envoyés aux avocats d'EgyptAir. On espère que le processus ne sera pas bloqué », a ajouté Me Busy, un des avocats des familles. EgyptAir tente de jouer la montre, ayant, par exemple, demandé un « certificat de décès » à la famille d'une victime (autre que française)...

MS 804, un accident d'avion très politique ...

Commenter cet article