Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Bob Woodward

Clinton / Trump: la guerre des sexes ?

D'après un sondage de ce mois d'octobre réalisé par FiveThirtyEight, les divergences de votes entre hommes et femmes, aux prochaines élections présidentielles, sont plus que flagrantes. Auprès des femmes, Hillary Clinton récolterait plus de 85% des voix, mais moins de 35% auprès des hommes. En revanche, ces derniers voteraient en large majorité pour Donald Trump (65%) contrairement aux femmes dont à peine 25% d'entre elles compteraient l'élire. Sur les cartes présentées par le site (voir tweet ci-dessous), la scission est on ne peut plus claire : une carte quasi entièrement rouge côté hommes, et bleue à quelques états près, pour les femmes.

Ce fossé présent aujourd'hui entre les votes des hommes et des femmes, était quasiment inexistant aux dernières élections présidentielles, ayant opposé Barack Obama et Mitt Romney. Une différence qui pourrait s'expliquer par le déballage constant de propos sexistes et misogynes de la part de Donald Trump. La semaine dernière encore, une vidéo montrant le candidat républicain tenant des propos obscènes sur les femmes lui a valu de nombreuses critiques.Outre la candidature historique de Hillary Clinton qui pourrait devenir la première présidente des Etats-Unis, les femmes sont plus que jamais au cœur de la présidentielle américaine. Le sexisme notoire de Donald Trump couplé avec les récentes accusations d’agressions sexuelles interpelle l’électorat féminin. Il constitue la majorité du corps électoral américain.

Le vote des femmes lors d'une présidentielle américaine est souvent crucial. Depuis 1984, rapporte The Washington Post, elles votent plus que les hommes.

La multiplication des derives sexistes du candidat républicain Donald Trump et les agressions sexuelles dont il a été récemment accusé devrait rendre encore plus déterminant le choix de l'électorat féminin. 

Dernières preuves en date : les sondages et un récent discours de Michelle Obama. A l'instar d'Hillary Clinton, la première dame des Etats-Unis qui fait campagne pour la candidate démocrate, a appelé les femmes à se mobiliser pour faire barrage au candidat républicain. 

Les femmes ont le pouvoir d'arrêter Trump. Dans le New Hampshire, le 13 octobre 2016, Michelle Obama a réagi à la publication par le Washington Post d'une vidéo où Donald Trump se répand en remarques obscènes sur les femmes.

«Nous avons un candidat à la présidence des Etats-Unis, qui au cours de sa vie et de sa campagne, a tenu des propos si choquants et si avilissants sur les femmes que je ne peux pas les répéter aujourd’hui», a déclaré la première dame des Etats-Unis. Hillary Clinton n'en pensait pas moins mais Michelle Obama, qui jouit d'une excellente cote de popularité, a enfoncé le clou. 

"C'est horrible. Nous ne pouvons pas laisser cet homme devenir président."

Par ailleurs, la première dame des Etats-Unis a estimé que Donald Trump était un «individu puissant parlant librement et ouvertement d'un comportement de prédateur sexuel».

Pour beaucoup d'observateurs, l'intervention de Michelle Obama apparaît comme un coup de grâce à la campagne de Donald Trump, déjà largement en difficulté. 

Ses dénégations succèdent à des accusations d'agressions sexuelles et de harcèlement les unes plus accablantes que les autres. Les premières ont été publiées par le New York Times le 12 octobre 2016, rappelle l'agence Reuters.

Et ces révélations viennent s'ajouter à ses précédentes sorties injurieuses à l'encontre, entre autres, de son adversaire républicaine à l'investiture du parti Carly Fiorina, de la journaliste de Fox News Megyn Kelly ou encore de Miss Univers 1996, Alicia Machado. Il a traité cette dernière de «Piggy la cohonne». 

De quoi s'aliéner quelque peu les femmes américaines qui votent généralement pour les démocrates. Néanmoins, il y a quelques mois encore, elles n'étaient pas acquises à la cause d'Hillary Clinton, en dépit du fait qu'elle pourrait devenir la première femme à diriger les Etats-Unis. 

Dans sa récente allocution, Michelle Obama n'a pas manqué de rappeler à son audience combien le vote des femmes avait été décisif pour son mari. «En 2012, pour Barack, le vote des femmes a fait la différence dans les "swing states", y compris ici, dans le New Hampshire». 

 

Clinton / Trump: la guerre des sexes ?

Un sondage Wall Street Journal/NBC News réalisé après la publication de la vidéo faisait apparaître un écart de 25 points en faveur d'Hillary Clinton au sein de l'électorat féminin. 

De même, selon les dernières analyses du journaliste Nate Silver, si seules les femmes votaient, Hillary Clinton remporterait la présidentielle américaine. A contrario, la victoire irait à Donald Trump si les hommes uniquement se rendaient aux urnes. 

La publication de l'article a été l'occasion pour les partisans du candidat républicain de lancer un mot-dièse (#repealthe19th) qui demande l'abrogation du droit des votes des femmes (le 19e amendement). Un autre hashtag a également fait son apparition:  #WomenWhoVoteTrump (les femmes qui votent Trump). Sur Twitter, le hashtag #Repealthe19 - soit "Abrogez le 19e amendement" - a été lancé par des supporters de Donald Trump. Un amendement de 1920 qui accorde le droit de vote aux femmes, "coupables" de vouloir en majorité voter Clinton

Rien ne semble pouvoir arrêter les supporters de Donald Trump. L’élection présidentielle américaine de 2016 est sans doute celle qui montre le mieux à quel point la société étasunienne est divisée et polarisée d’un point de vue politique. Et comme si les dernières saillies et sorties sexistes du candidat républicain ne suffisaient pas, des partisans du candidat républicain ont décidé de s’attaquer directement aux femmes. Et suggère de leur retirer le droit de vote…
Sur Twitter, des sympathisants de Donald Trump ont lancé le hashtag #Repealthe19, à traduire littéralement par "Abrogez le 19e amendement". Celui-ci, voté le 4 juin 1919 et ratifié le 18 août 1920, accorde le droit de vote aux femmes. Pour assurer la victoire de leur candidat, les pro-Trump en seraient donc arrivés à vouloir supprimer l’un des droits fondamentaux des femmes, inscrit dans la Constitution américaine. "Les femmes ne sont pas faites pour la politique, "si les femmes sont la seule chose freinant le plus grand président que le pays ait connu, pourquoi ne pas abroger le 19e amendement ?", "Donner le droit de vote aux femmes a été le premier pas vers la chute de la société occidentale. Elles nous ont amené le communisme"… Tels sont les messages postés par les supporters de Donald Trump. 

L'autre handicap auquel doit faire face Donald Trump, selon Philip Bump du Washington Post, est la dispersion des intentions de vote des Blancs. Notamment du fait des femmes éduquées qui votent traditionnellement pour les républicains. Ces dernières semblent se tourner de plus en plus vers Hillary Clinton. C'est d'autant plus handicapant pour le candidat républicain qu'il n'aurait pas vraiment convaincu les femmes de le choisir. 

En attendant, Donald Trump qui n'a plus rien à perdre - il n'a déjà plus le soutien de son camp politique -, crie au complot face à toutes ces allégations d'agressions sexuelles. Il a de nouveau dénoncé «une élection truquée» par des «médias corrompus» le 15 octobre 2016.

"C’est tellement agréable que les chaînes m'aient été retirées et je peux me battre maintenant pour l’Amérique de la manière dont je veux."

Pour les analystes, le candidat rébuplicain décline à l'envi la stratégie qu'il a prévue pour ne jamais admettre une défaite lors de la présidentielle du 8 novembre 2016. 

Clinton / Trump: la guerre des sexes ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article