Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Bob Woodward

Les sextoys envahissent-ils le Maroc ?

Une première au Maroc. Un commerce qui risque de faire couler beaucoup d’encre et de créer une importante polémique. Le premier sex shop  légal (avec un registre de commerce et une patente) vient d’ouvrir ses portes à Casablanca dans le quartier Jamila (préfecture Sidi Othman). Les Marocains peuvent désormais  acheter  en toute légalité des sex toys et divers jouets sexuels pour augmenter le plaisir sexuel. Autoriser un tel commerce dans un pays musulman et dirigé par un parti islamiste peut paraître inimaginable. Et pourtant, il s’agit d’une réalité. Contacté par ALM, le propriétaire du sex shop  qui a préféré garder l’anonymat confie que «Ce commerce est prometteur et que les Marocains  s’intéressent à ces différents gadgets» tout en relevant que «nous ne disposons pas encore d’une boutique. Le client consulte le site facebook à l’adresse www.facebook.com/sexycentre et choisit le produit. Ensuite il me contacte par téléphone ou m’envoie un mail en indiquant la référence de l’objet et l’adresse de son domicile. La livraison se fait rapidement». Quant à la qualité des produits vendus, le propriétaire rassure les consommateurs. «Tous les objets sont importés d’Europe et sont en conformité avec les normes européennes. Il n’y a aucun risque. J’ai moi-même essayé plusieurs de ses produits notamment les crèmes d’agrandissement du pénis ainsi que les crèmes pour renforcer l’érection», explique-t-il. Les Marocains ont l’embarras du choix devant les accessoires et produits présentés pour égayer leur sexualité. Les produits  sont très variés: vibromasseur à 239DH, menottes (131 DH), pince à seins (240 DH), menottes pour chevilles, fouet, crème pour l’agrandissement du derrière ou des seins, médicaments  contre l’impuissance, crème pour l’élargissement du pénis….  Et pour faire plaisir à son compagnon, ce sex shop propose également de la lingerie très sexy et sado/maso.  Pour le propriétaire de ce sex shop, rien de plus normal que de vivre sa sexualité et entretenir sa libido. Mais, le phénomène est encore tabou. Rappelons qu’au Maroc,le phénomène des sex toys et des objets érotiques existent depuis quelques  années. Des sex-shops clandestins basés dans plusieurs villes du Royaume notamment à Casablanca, Rabat ou Marrakech, proposent des objets érotiques de toutes sortes. Ces produits qui jusque- là étaient interdits à la vente au Maroc, étaient  introduits dans le pays en contrebande. Avec l’ouverture de ce premier sex shop, se dirige-t-on vers une banalisation de ces produits ?
La possible vente de poupées gonflables dans un marché de gros à Casablanca a beaucoup fait réagir les internautes sur les réseaux sociaux. Au point de déclencher une descente de police.

"Les poupées sexuelles envahissent les souks" du Maroc. Lancée sur internet, la rumeur selon laquelle des poupées gonflables étaient en vente sur le grand marché de Casablanca donné lieu à plusieurs articles pleine page.  La vente présumée de poupées gonflables sur le grand marché de Casablanca a enflammé Internet au Maroc et provoqué une opération de police pour saisir cet objet de plaisir, interdit dans le pays comme tous les autres sextoys. La rumeur a été abondamment relayée ces derniers jours sur Internet par un public essentiellement masculin : des poupées gonflables seraient en vente à Derb Omar, immense marché de gros à Casablanca, inondé de produits venus du monde entier, notamment de Chine.
Jeudi, deux journaux marocains arabophones consacraient des articles pleine page au sujet : « Les poupées sexuelles envahissent les souks », titrait notamment Asabah, soulignant cependant que « beaucoup s'interrogent sur la véracité de ces rumeurs ». Le phénomène a alerté les services de sécurité et des policiers en civils ont effectué une descente infructueuse dans la zone chinoise du marché, selon la presse locale.
Sextoys interdits

« Les seules poupées sur lesquelles la police a réussi à mettre la main sont les habituels mannequins exposés sur la devanture des boutiques de vêtements », selon Asabah, qui assure que les commerçants chinois restent particulièrement suspectés. Sollicité par l'Agence France-Presse, le ministère marocain de l'Intérieur n'a pas fait de commentaire. Le président de l'association des commerçants de Derb Omar, Abderrazak Lazrak, a lui « formellement démenti cette rumeur », au micro du site Kifache TV, appelant « à ne pas confondre » avec les ordinaires mannequins de présentation.
La rumeur a été manifestement alimentée par les images d'archives mélangées aux mini-reportages et micro-trottoirs effectués en début de semaine par des médias locaux, comme la webtélé locale Chouf TV. Beaucoup d'internautes se sont indignés de la présence supposée de ces poupées gonflables au Maroc, mais d'autres s'en sont amusés, comme certaines utilisatrices de Facebook réclamant leur poupée en version masculine.

Les sextoys envahissent-ils le Maroc ?

Les ragots s'étaient répandus sur les réseaux sociaux: des poupées gonflables seraient en vente à Derb Omar, immense marché de gros à Casablanca, inondé de produits venus du monde entier, notamment de Chine. Selon le qu'en dira-ton, ces compagnes sexuelles importés par des commerçants chinois seraient vendues jusqu'à 15 000 dirhams, rapporte le site Bladi.net. La rumeur a été manifestement alimentée par les images d'archives mélangées aux mini-reportages et micro-trottoirs effectués en début de semaine par des médias locaux, comme la webtélé locale Chouf TV.  L'ampleur du battage a alerté les services de sécurité, et des policiers en civils ont effectué une descente dans la zone chinoise du marché, selon la presse locale. Sans succès.  

"Les seules poupées sur lesquelles la police a réussi à mettre la main sont les habituels mannequins exposés sur la devanture des boutiques de vêtements", selon le journal Asabah, qui assure que les commerçants chinois restent particulièrement suspectés. 

Le président de l'association des commerçants de Derb Omar, Abderrazak Lazrak, a lui "formellement démenti cette rumeur", au micro du site Kifache TV, appelant "à ne pas confondre" avec les ordinaires mannequins de présentation. 

Les sex-toys sont de facto interdits au Maroc, où la législation punit "quiconque produit, diffuse, publie, importe, exporte, expose, vend ou détient des matières pornographiques similaires", rappelle la presse locale. On en trouve cependant sous le manteau, ramenés notamment des sex-shops des enclaves espagnoles de Ceuta et Mellila ou d'Europe.

Les sextoys envahissent-ils le Maroc ?

Commenter cet article