Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Bob Woodward

Gabon, une crise oedipienne ?

Aucune sortie de crise ne se dessine au Gabon. Le pays compte moins de 2 millions d’habitants, mais vit depuis une semaine avec deux présidents : Ali Bongo Ondimba, proclamé vainqueur avec 49,8 % des suffrages et de lourds soupçons de fraudes, et Jean Ping, son principal opposant, qui, avant l’annonce des résultats officiels, s’est déclaré « président élu ». Durant ses quarante et un ans de pouvoir sur cet émirat pétrolier d’Afrique centrale, Omar Bongo, le père du premier et beau-père du second, s’était fait une spécialité de racheter ses opposants. Mais aujourd’hui les deux camps semblent inconciliables.
« Les choses se calment après les violences de la semaine passée [qui ont causé trois morts selon le pouvoir, entre 50 et 100 selon l’opposition] mais le feu couve toujours sous la cendre. Le pays est coupé en deux et l’évolution de la situation laisse craindre une rébellion identitaire », s’inquiète un diplomate africain sur place. Le nœud de la crise est à chercher dans les résultats annoncés dans la province du Haut-Ogooué, le bastion historique de la famille Bongo. Là, selon les résultats officiels, le président sortant a réussi à recueillir plus de 95 % des suffrages avec une participation frôlant les 100 %, le double de celle estimée dans les autres provinces. Un score qui ne convainc personne.

Dans son dernier communiqué, la mission d’observation de l’Union européenne (UE) insiste sur « l’opacité révélée dans la gestion du processus dans cette province » et considère qu’« une analyse portant sur le nombre de non-votants et des bulletins blancs et nuls révèle une évidente anomalie dans les résultats finaux du Haut-Ogooué. »
Au nom du respect de la légalité, les chancelleries tentent de convaincre Jean Ping de déposer des recours devant la Cour constitutionnelle avant la date butoir du jeudi 8 septembre. Mais celui-ci hésite. « Nous subissons des pressions de toutes parts mais, à la Cour constitutionnelle, c’est comme si Ali Bongo était à la barre », estime-t-il.

Alors que le président sortant refuse d’accéder à la demande de l’opposition, appuyée par la France, l’UE et les Etats-Unis, d’un nouveau décompte des voix bureau de vote par bureau de vote au motif que celui-ci n’est pas prévu par la loi : « Etre un bon démocrate, ça veut dire respecter les lois de son pays », a-t-il jugé sur l’antenne de Radio France Internationale, mercredi. A Libreville, un diplomate africain confie que « la Cour constitutionnelle ne peut être mise hors jeu. Mais nous recherchons une formule qui rend ses décisions plus transparentes ».
Un casse-tête pour des diplomates qui cherchent à gagner du temps. « On suggère avec insistance à Ali [Bongo Ondimba] d’accepter la demande des Occidentaux, mais il sait que ce serait se faire hara-kiri. Quand à Ping, il ne peut pas accepter une défaite car, cette fois, les caméras ont vu le voleur », résume un officiel originaire d’un pays voisin du Gabon.
La solution viendra-t-elle de Paris, comme ce fut le cas lors de la crise post-électorale de 2010-2011 en Côte d’Ivoire ? C’est ce que pensent la plupart des interlocuteurs en Afrique centrale. « Si la France a le courage de dire “Ping a gagné”, en cinq jours tout sera réglé », avance un diplomate de la région, fin connaisseur du Gabon, pays où les acteurs politiques ont encore l’œil rivé sur les bords de Seine.
« Ce n’est pas à nous, mais aux institutions gabonaises de donner le nom du vainqueur », rétorque le Quai d’Orsay. Inquiète pour ses plus de 10 000 ressortissants et ses intérêts économiques, la France surveille l’évolution de la situation mais refuse de s’impliquer ouvertement dans la crise. Mardi, Manuel Valls s’est limité à déclarer que « la sagesse commanderait de faire un nouveau décompte des résultats ».
Selon la nouvelle doxa du Quai d’Orsay, la solution à une crise africaine doit être prioritairement traitée par les Africains. A cet effet, une « mission de haut niveau » de l’Union africaine (UA) conduite par Idriss Déby était annoncée ce jeudi à Libreville. Elle a été reportée au lendemain. Le nom des chefs d’Etat qui accompagneront le président tchadien, dont la réélection a elle aussi été contestée, est scruté avec intérêt.
Dans la région, Ali Bongo Ondimba n’a que peu d’amis parmi ses pairs. Avec le Congolais Denis Sassou Nguesso et l’Equato-guinéen Teodoro Obiang Nguema, les relations sont notoirement difficiles. Jean Ping, ancien chef de la diplomatie d’Omar Bongo et patron de la Commission de l’Union africaine (UA), dispose de bien meilleurs réseaux hors des frontières.
Les chefs d’Etat africains, ayant pour certains leurs propres errements avec la démocratie, iront-ils cependant jusqu’à pousser l’un des leurs vers la sortie ? « Personne ne sait ce qu’ils ont en tête, confie une source à l’UA, mais comme ils en ont l’habitude, ils devraient écouter les parties et les pousser au dialogue. » Si celui-ci est encore envisageable. Omar Bongo Ondimba, qui se targuait d’être l’ami intime de tant de chefs d’Etat français, y régna en maître absolu, à partir de 1967 et jusqu’à sa mort en 2009. «Quand Omar était aux commandes, le Gabon était un pays stratégique pour la France. Le pays "PMU", comme on l’appelait : riche en pétrole, manganèse et uranium. C’était aussi le pays des opérations clandestines de l’armée française. Avec les interventions au Biafra, dans le sud du Nigeria. Les vols clandestins de UTA vers l’Afrique du Sud, pourtant sous embargo à cause de l’apartheid. Libreville avait alors des allures de village gaulois, et Omar se rêvait en chef des services secrets français», rappelle le journaliste Antoine Glaser, certainement le meilleur connaisseur des arcanes de la Françafrique (1), ce système de relations incestueuses et corrompues instaurées entre la France et ses ex-colonies, dont Omar Bongo fut l’un des piliers historiques. Mais les temps ont changé. Aujourd’hui Ali Bongo, le fils d’Omar, élu une première fois en 2009 lors d’un scrutin déjà contesté, se voit ouvertement désavoué. En cause : l’annonce de sa victoire aux élections du 27 août, qui a provoqué sur place de violentes contestations et lui vaut, à l’étranger, des critiques de moins en moins feutrées. Même à Paris.

Gabon, une crise oedipienne ?

Dernière salve en date : mardi, l’Union européenne a qualifié d’«évidente anomalie» l’issue du scrutin. Pointant en particulier les résultats de la province du Haut-Ogooué, fief familial des Bongo, où le taux de participation officiel affiche le score soviétique de 99,93 %, avec une victoire de plus de 95 % pour le président sortant (Libération du 2 septembre). Un score qui lui a permis de se déclarer vainqueur avec une courte avance de 5 594 voix sur son rival, Jean Ping. L’opposition conteste cette victoire et exige de recompter les bulletins. Avec désormais le soutien de l’UE, des Etats-Unis et de la France. «La force du silence est majeure en amitié», a écrit un jour Omar Bongo, qui a toujours su s’assurer d’indéfectibles soutiens. Avec une méthode simple : «Le père achetait les opposants en leur offrant des postes et finançait aussi certains hommes politiques français. Il misait ainsi sur certains ministres qui devenaient ses obligés»,explique Glaser.
Mais il faut croire que la machine s’est grippée. Dès le lendemain du vote, le Parti socialiste français s’est empressé de déclarer qu’«une alternance serait signe de bonne santé démocratique». Et vingt-quatre heures plus tard, c’est Jean-Marie Bockel, ex-secrétaire d’Etat à la Coopération de Nicolas Sarkozy, qui déclarait «Ping vainqueur du scrutin». La présidence gabonaise a eu beau dénoncer «un néocolonialisme des plus douteux», la pression est montée crescendo : après avoir réclamé elle aussi le «recomptage des bulletins», la France a exprimé officiellement le 1er septembre ses «doutes» sur les résultats des élections. Avant de s’inquiéter, mardi, du sort d’une dizaine de ressortissants français (des binationaux essentiellement) disparus à la suite de l’attaque spectaculaire du QG de Jean Ping par la garde présidentielle à Libreville, dans la nuit du 30 août. Un assaut brutal qui s’est déroulé sous le regard passif des militaires français du camp de Gaulle, installé là depuis l’indépendance. La France aurait-elle pu protéger les opposants, de la même façon qu’elle a garanti la survie du régime depuis un demi-siècle ? A-t-elle seulement choisi son camp ? Nombreux sont les opposants qui en doutent. «Je crois qu’en coulisse, la France aide beaucoup, affirme pourtant Jean-Gaspard Ntoutoume Ayi, porte-parole de Jean Ping, joint au téléphone. On a changé d’époque. Désormais, dans les pays d’Afrique francophone, la France peut difficilement intervenir au premier plan sans être taxée de néocolonialisme. Du coup, c’est l’Europe qui prend le leadership des critiques.»
«La France avait toujours reconnu les résultats des élections en faveur d’Omar Bongo. En 2009, Sarkozy a lui aussi rapidement validé la victoire d’Ali. Mais à l’époque, les manifestations qui avaient suivi la proclamation des résultats avaient visé des intérêts français. Paris a peut-être retenu la leçon», suggère Samperode Mba Allogo, blogueur et historien, contacté à Libreville. «Hollande n’est jamais venu au Gabon pendant son mandat. Une première pour un président français de la Ve République», note le journaliste. «Jusqu’à présent, aucun chef d’Etat étranger, même africain, n’a félicité Ali pour sa victoire.»
A Franceville, ville natale d’Omar Bongo, où il a été enterré, le président défunt doit se retourner dans sa tombe. Lui qui avait reçu Yasser Arafat et Nelson Mandela se piquait de jouer les médiateurs et de tirer les ficelles de la vie politique française. Son fils a choisi une autre partition. «Ali n’est pas très francophile. Il est fasciné par les Etats-Unis, a invité Michael Jackson à Libreville. Ses copains se trouvent bien plus dans le monde anglo-saxon, au Moyen-Orient ou au Maroc : il est très proche de Mohammed VI»,explique Antoine Glaser, en rappelant que «du vivant d’Omar, Ali faisait figure de mal-aimé. C’est sa sœur Pascaline qui régnait au côté du père, c’est elle qui avait les réseaux. A Paris, à l’hôtel Crillon, elle choisissait qui avait le droit de voir Omar, alors qu’Ali végétait au bout du couloir».
Pour Ali, l’accession au pouvoir sera le temps de la vengeance. Il écarte vite la sœur préférée, qui fut la compagne de Jean Ping, ex-baron devenu opposant. Les piliers du régime sont congédiés, les réseaux traditionnels français, remerciés. «Ali va commettre un parricide, constate Glaser. Aujourd’hui, la plupart des barons, à commencer par Ping, se retrouvent dans l’opposition. Laquelle a certainement plus de soutiens qu’Ali à Paris.» Mais celle-ci cherche encore une stratégie de riposte à Libreville. Les partisans de Ping avaient ainsi jusqu’à ce jeudi pour déposer des recours devant la Cour constitutionnelle, une option qui les aura divisés jusqu’au bout : «La Cour constitutionnelle, c’est comme la tour de Pise, tout le monde sait qu’elle penche d’un côté. La belle-mère d’Ali Bongo en est la présidente», dénonçait ainsi mardi au téléphone Patrick Eyogo Edzang, député de l’opposition à Bitam. «Nous avons pour le moment introduit un recours auprès de la Commission électorale, qui a une composition paritaire : il y a trois représentants de l’opposition parmi ses huit membres», explique Jean Ping à Libération.
Dans ce climat de méfiance, les ambassades française et américaine ont vite été impliquées dans la gestion de la crise postélectorale. Peu après le scrutin, Jean Ping y aurait été convié pour garantir la sécurité d’Ali, au cas où ce dernier acceptait de lâcher le pouvoir. «La négociation a échoué face à l’intransigeance des Américains sur certaines exigences d’Ali», croit savoir une source bien informée. L’échec dans les coulisses aurait-il alors conduit à hausser le ton publiquement ? Notamment à Paris ? «C’est de l’amateurisme, en réalité. Paris navigue à vue. On est dans l’improvisation, la réaction»,fustige Laurent Bigot, ancien diplomate et consultant stratégie sur l’Afrique. «Il n’y a plus de politique africaine de la France , confirme Antoine Glaser. La seule priorité, c’est la gestion sécuritaire avec un recentrage sur l’Afrique de l’Ouest pour contrer l’islamisme radical. Quant à la diplomatie sur le continent, elle est censée désormais se limiter au business pour rattraper les parts de marché perdues dans une Afrique qui se mondialise.»
Mais alors justement, les richesses du Gabon ? Ce «PMU» qui avait un temps valu à Libreville de faire figure de «Monaco tropical» ? «C’est fini, tranche Glaser. Le poids des entreprises françaises est passé de 50 % à 20 %. Le pétrole est bien plus attractif en Angola ou au Nigeria, le manganèse n’est plus aussi stratégique et l’uranium n’est plus exploité. Le seul intérêt du Gabon pour la France, c’est son soutien à la COP 21, puisque sa forêt est le deuxième poumon de la planète après l’Amazonie.»
Reste une préoccupation qui justifie peut-être que Paris s’intéresse encore à ce petit pays d’Afrique centrale : la stabilité, sur un continent où la France reste impliquée malgré elle. « Hollande n’a aucun intérêt à voir le chaos s’installer au Gabon au moment où il tente de se désengager de la Centrafrique et alors qu’il prépare un sommet franco-africain en janvier à Bamako, au Mali », confirme Glaser. Mais qui détient réellement la clé de la stabilité sur place, aux yeux de Paris ? Le match n’est pas fini et les arbitres étrangers comptent certainement encore les points. Pourtant, quelle que soit l’issue du bras de fer actuel, l’époque d’Omar est, elle, définitivement enterrée.

Gabon, une crise oedipienne ?

Commenter cet article