Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Bob Woodward

Le Qatar: compromission des élites ?

La blague circule dans les cercles frontistes : celle d’un camion de BFMTV qui se gare devant le siège du parti. Les militants jettent un oeil : “ah, c’est Philippot qui arrive !”. Une vacherie qui résume bien l’omniprésence médiatique du vice-président du Front national. En à peine cinq ans, Florian Phlippot est passé de total inconnu à interlocuteur privilégié des chaînes d’information continue et des journaux télévisés. Une fois de plus cette semaine, Florian Philippot est au cœur du buzz médiatique : va-t-il être attaqué par le Qatar pour diffamation ? Depuis l'annonce d'une plainte en diffamation déposée le 9 mars 2015 par le Qatar contre Florian Philippot, la question de l'attitude à adopter face à l'Émirat semble battre son plein dans les rangs frontistes. Ainsi le vice-président du parti qui jouit, en sa qualité de député européen, d'une immunité parlementaire, entend bien la faire valoir en ne répondant pas à sa probable convocation par la justice.
«S'ils veulent poursuivre, il devront demander la levée de cette immunité, qui doit se traduire par un vote en séance plénière au Parlement européen. Et là, on voit qui vote quoi», souligne au Scan le cadre du FN, sans dissimuler l'intérêt politique d'une telle procédure pour le débat public qu'il souhaite sur le Qatar. Car si, en matière diplomatique, les mises en examen sont automatiques, Florian Philippot précise encore qu'une rencontre physique avec un juge est obligatoire. Ce qui ne peut se faire uniquement que par courrier.
Et à la condition incontournable de la levée d'immunité, selon l'article 26 de la Constitution française. Comme ça a notamment été le cas dans le cadre de l'affaire Bygmalion, où le Parlement européen (PE) a voté la levée de l'immunité de l'eurodéputé UMP Jérôme Lavrilleux le 19 mai. Un vote qui, s'il devait être provoqué en plénière au PE, serait une occasion de constater «clairement» quels seront les «choix entre la liberté et le Qatar». «Cela obligerait chacun à se positionner», ajoute-t-il en précisant avoir déniché des rapports européens consacrés au Qatar.
Florian Philippot affirme par ailleurs avoir reçu «plusieurs sollicitations» d'avocats spécialistes de la diffamation pour le défendre mais il assure n'avoir pas encore eu le temps de réfléchir à cette question. Avant cela, il veut marteler un principe qui lui semble indépassable: «La plainte ne devrait même pas être recevable parce que si l'on accepte cela, on ouvre une boîte de Pandore et demain il n'y aura plus de débat politique et journalistique français».

Le Qatar: compromission des élites ?

L'affrontement judiciaire n'aura finalement pas lieu. Le Parlement européen a décidé ce mardi de ne pas lever l'immunité de l'eurodéputé FN Florian Philippot, visé par une plainte pour diffamation de la part du Qatar. L'émirat avait porté plainte contre Florian Philippot au printemps 2015 après que celui-ci l’eut accusé d’avoir «corrompu» «une grande partie du système français», ainsi que de participer au financement du terrorisme. Réunis en pleinières, les parlementaires européens ont suivi l'avis de leur commission des affaires juridiques : jeudi dernier, celle-ci avait jugé que «les membres du Parlement européen ne peuvent être recherchés, détenus ou poursuivis en raison des opinions ou votes émis par eux dans l’exercice de leurs fonctions».
«Jamais une dictature étrangère ne devrait pouvoir saisir la justice française pour attaquer un parlementaire ou tout autre citoyen, a fortiori en matière de liberté d’expression», a jugé mardi le vice-président du FN dans un communiqué. Dénonçant «la compromission du gouvernement français et particulièrement celle de l’ex-garde des Sceaux, Madame Taubira, qui a signé de sa main la demande de levée d’immunité, au mépris du droit». Florian Philippot réclame en outre la création d'une commission d’enquête parlementaire «sur les financements du Qatar en France».
Le Qatar est une cible régulière du Front national, qui voit en lui un «cheval de Troie de l’intégrisme» islamiste. Le parti a également dénoncé les conditions d’attribution de la Coupe du monde de football 2022 à l’émirat, les privilèges fiscaux accordés en France aux investisseurs qataris, ou encore l’achat par la chaîne BeIn Sports d’une bonne part des droits de retransmissions du championnat de France de Ligue 1.
Le Parlement européen a donc refusé de lever l'immunité parlementaire de l'eurodéputé français Florian Philippot (FN), visé par une plainte du Qatar pour diffamation, pour avoir laissé entendre que le pays finançait le terrorisme. Réunis en plénière, les députés ont suivi l'avis de la commission parlementaire en charge des Affaires juridiques, selon laquelle "les membres du Parlement européen ne peuvent être recherchés, détenus ou poursuivis en raison des opinions ou votes émis par eux dans l'exercice de leurs fonctions".

Florian Philippot exige également la mise en place d'une commission d'enquête parlementaire sur "les possibles liens financiers étroits, trop étroits, qui unissent la dictature du Qatar et de grands responsables politiques et institutionnels de notre pays".

La cour d'appel de Versailles a demandé début septembre au Parlement européen la levée de l'immunité parlementaire du numéro 2 du Front National. Le Qatar avait déposé plainte pour diffamation le 2 avril dernier, visant des déclarations de Florian Philippot aux médias français Radio Classique et LCI, au surlendemain de l'attaque contre Charlie Hebdo en janvier 2015. La cour d'appel de Versailles a demandé début septembre au Parlement européen la levée de l'immunité parlementaire de Florian Philippot, visé par une plainte du Qatar pour diffamation. La ministre de la Justice Christiane Taubira a transmis le 2 septembre au Parlement européen, via un courrier, une requête du procureur général près la cour d'appel de Versailles pour obtenir la levée de l'immunité du parlementaire frontiste, selon ce courrier consulté par l'AFP.
Sur les réseaux sociaux, le vice-président a confirmé les faits. "La justice vient de demander la levée de mon immunité: les eurodéputés RPS vont-ils choisir la liberté d'expression ou la dictature Qatar?" avait tweeté l'intéressé. Dans un second post, il qualifie la garde des Sceaux, de "bonne assistante de l'émir du Qatar". Il est ironique, en effet, de constater que la lettre qui transmet la demande de mainlevée de l’immunité parlementaire de Florian Philippot est signée par la Garde des Sceaux, Christiane Taubira en personne, laquelle exprime explicitement le souhait d’être tenue informée de la suite qui sera donnée. La trahison est une vieille histoire que les intérêts économiques seuls ne suffisent pas à expliquer. Il y a quand même chez nous, une France qui n’aime pas la France, une France qui choisira toujours le parti de l’Autre. La haine de soi, l’auto-dévalorisation, ont leur part dans cette soumission des élites, en même temps que la fascination aveugle pour l’altérité assortie d’une formidable tétanisation face à tout ce qui touche à l’Islam.
Cette affaire met donc cruellement en évidence les maux internes qui nous rongent et qui nous conduisent à la perte de notre souveraineté et de nos libertés.
Comme le montrait si bien le scénario de Houellebecq dans son dernier roman, nos élites viennent de passer le relais. L’argent peut beaucoup, certes. Mais cet événement met en lumière un mal beaucoup plus profond de notre société, car rien de tout ceci ne se produirait sans une complicité interne, et au plus haut niveau. Non seulement le Qatar achète nos biens meubles et notre patrimoine culturel, mais il a en outre le consentement et le soutien de nos élites.

Le Qatar: compromission des élites ?

Commenter cet article