Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Bob Woodward

Monsieur météo viré par François Hollande ?

France Télévisions veut se débarrasser de son controversé Monsieur météo. D'après nos informations, Philippe Verdier a en effet été convoqué par la direction des ressources humaines de la chaîne pour un entretien préalable en vue de son licenciement. Philippe Verdier, le chef du service météo de France Télévisions, fait l'objet d'une véritable tempête médiatique depuis la sortie de son livre polémique "Climat Investigation", un ouvrage accusé par ses détracteurs de climatoscepticisme. Lundi 12 octobre,  Philippe Verdier aurait en effet dû présenter les bulletins météo de la chaîne mais, appelés en urgence dimanche, c'est Tania Young et Anaïs Baydemir qui s'en sont chargés.

Si France TV se refuse à tout commentaire, le groupe précise que Philippe Verdier a pris quelque jours de congé pour promouvoir son livre. Des congés en fait prolongés (et forcés) jusqu'au 26 octobre, précise Puremedias. Et si dans un premier temps on avait pensé qu’il avait pris quelques jours de vacances pour faire la promo de son livre explosif,  « Climat Investigation »,  qui sort aux éditions Ring quelques jours avant la COP 21 qui se tient à Paris et qui va réunir tous les acteurs écolos du monde, et dans lequel il descend cette manifestation, Philippe Verdier a confirmé qu’un licenciement était en cours, et il vise l’Elysée ! : « J’avais pris quelques congés lors de la sortie du livre. Aujourd’hui, je ne suis plus en congés contrairement à ce qui a été dit. On m’a demandé de rester chez moi. J’ai reçu un courrier formel : j’ai un entretien la semaine prochaine avec ma direction (…) On me présente en tant que présentateur météo de France 2, mais je ne dois pas le dire. Je dois dire que je suis auteur du livre. C’est mon directeur de l’info qui me l’a demandé expressément (…)  C’est possible que ça soit l’Elysée qui soit intervenu dans cette affaire. Quand quelqu’un se met au travers de la route de la COP21, ça gêne l’Élysée. Si Nicolas Sarkozy avait été au pouvoir, j’aurais écrit la même lettre. Ce n’est pas une lettre contre François Hollande. Je ne me suis pas attaqué à lui. Je l’ai invité à planter un chêne dans la cour de l’Elysée. J’assume chaque phrase, chaque virgule de ce livre. France 2 savait que j’allais écrire ce livre, connaissait sa teneur. Ils l’ont reçu, et ne m’ont rien dit ».

Sur François Hollande, il écrit dans son livre :  « Dans deux mois, la France accueille la COP21, conférence des Nations unies sur le climat. Vos services de stratégie vous ont informé qu’elle ne servira à rien comme les vingt précédentes. Alors pourquoi continuer à feindre un sauvetage de la planète ?  »

En 2015, le Monsieur météo d’une chaine publique peut-il être viré pour un livre partisan ? Il faut croire que oui…

 

Monsieur météo viré par François Hollande ?

Dans une vidéo promotionnelle, Philippe Verdier, chef du service météo de France Télévisions, introduisait il y a quelques semaine Climat Investigation, son enquête choc sur le réchauffement climatique. Une sortie médiatique qui n'a pas vraiment plu au groupe France Télévisions qui a dès lors privé d'antenne le présentateur et journaliste.  Images désaturées et accélérées, musique du film Interstellar, discours anxiogène: la vidéo de présentation de Philippe Verdier fait froid dans le dos. A proximité des falaises d'Étretat, Philippe Verdier semble seul au monde. Une manière de faire comprendre qu'il apparaît surtout comme le seul à détenir la vérité sur le réchauffement climatique: "Une machine de guerre destinée à nous maintenir dans la peur". Les auteurs de cette vaste "supercherie"? Des "scientifiques manipulés, politisés", "des conflits d'intérêt", "des politiques qui ne servent que leur image", et des "médias aveuglés". En clair, à en croire Philippe Verdier, les Français seraient maintenus dans une ignorance permanente. Invité sur le plateau du Petit Journal de Canal+, le présentateur météo a reconnu que cette vidéo promotionnelle ressemblait à un "trailer de film". Mais il dément toute rhétorique conspirationniste. "C'est la vérité", a-t-il asséné.  Mais a-t-on le droit de dire la vérité à deux mois de la 21ème conference des Nations Unies sur les changements climatiques organisée par le Président Hollande?

D’après nos sources, un conseiller de l’Elysée serait intervenu auprès de France Télévisions pour provosuer le licenciement de Philippe Verdier.

Comment est-il possible de contredire le chef de l’Etat, roi de nos institutions et ex-compagnon de la Ministre de l'écologie ?

Publié aux éditions Ring, l'ouvrage de Philippe Verdier dénonce, à moins de deux mois de la COP 21 les liens supposés entre scientifiques, politiques, lobbies, ONG environnementales et institutions religieuses au sujet du climat. 

"Nous sommes otages d'un scandale planétaire sur le réchauffement climatique, une machine de guerre destinée à nous maintenir dans la peur", affirme-t-il dans le teaser de son ouvrage paru le 1er octobre, jour où toutes les contributions nationales sur le climat devaient être remises au Secrétariat de l'ONU.  

Selon nos informations, Philippe Verdier avait d'ailleurs déjà fait l'objet d'une charge lors d'un comité d'entreprise de France Télévisions au cours duquel certains syndicats avaient exigé sa mise à pied.

Début octobre, Philippe Verdier a également publié une lettre ouverte adressée à François Hollande dans laquelle il écrit: "Dans deux mois, la France accueille la COP21, conférence des Nations unies sur le climat. Vos services de stratégie vous ont informé qu'elle ne servira à rien comme les vingt précédentes. Alors pourquoi continuer à feindre un sauvetage de la planète?" Des mots qui non également pas beaucoup plu à la direction du service public.

Philippe Verdier, critiqué de toutes parts, explique d'ailleurs avoir dû enlever toute référence à son employeur sur son compte Twitter. "Compte perso. Météo à TV en France (je ne peux en dire davantage) et auteur de Climat Investigation chez Ring Editions"

"Monsieur le président de la République, (...) je peine à percevoir dans vos paroles la sincérité, l'intention d'agir pleinement pour l'environnement de manière posée et constructive. Entre vos mains, le climat n'est qu'une fiche parmi toutes les autres". C'est la lourde charge proférée par Philippe Verdier, le chef du service météo de France Télévisions, dans une lettre ouverte au Président de la République.

Monsieur météo viré par François Hollande ?

A quelques semaines de la conférence mondiale COP21, le présentateur météo exprime son vif scepticisme sur les résultats de la conférence des Nations unies sur les changements climatiques, dans un livre intitulé "Climat Investigation". "Dans deux mois, la France accueille la COP21, conférence des Nations unies sur le climat. Vos services de stratégie vous ont informé qu'elle ne servira à rien, comme les vingt précédentes. Alors pourquoi continuer à feindre un sauvetage de la planète ?", accuse-t-il, conseillant à François Hollande de planter un arbre dans la cour de l'Elysée : "cela donnerait davantage de sens à la fibre environnementale que tous vos discours oubliés."

 

Voici la lettre envoyée au Président de la République:

 

Paris, le 1er octobre 2015

 

Monsieur le Président de la République,

 

Avant votre campagne présidentielle de 2012, je présentais la météo de BFMTV. Un matin, vous vous êtes installé à quelques mètres dans le même studio pour répondre aux questions de Jean-Jacques Bourdin. Je commentais les cartes devant vous, vous sembliez fasciné. Était-ce une ruse pour montrer des signes de décontraction avant une entrevue musclée ? Pendant la pub, alors que je quittais discrètement les lieux, vous m'avez interpellé pour me dire à quel point le fait de parler de la pluie et du beau temps sur un fond vert vous semblait incroyable.

 

Aujourd'hui, à quelques semaines de la conférence de Paris, la COP21, je vous écoute parler du climat et de la météo. Depuis plus d'un an, un refrain vert sur l'avenir de la planète revient dans chacun de vos discours. Vous dramatisez pour souligner votre volonté de rassembler les puissants du monde et désamorcer un cataclysme annoncé. Monsieur le Président, n'étant pas un animal politique, je ne peux simuler le moindre intérêt lorsque vous vous exprimez sur cette question. Je peine à percevoir dans vos paroles la sincérité, l'intention d'agir pleinement pour l'environnement de manière posée et constructive. Entre vos mains, le climat n'est qu'une fiche parmi toutes les autres.

 

J'ai rêvé, monsieur le Président, que vous plantiez un arbre dans la cour de l'Élysée. Un arbre enraciné dans la cour de l'Élysée symboliserait le peuple français. Aujourd'hui, vos visiteurs ne connaissent que le contact des pneus des berlines sur le gravier.

 

Dans deux mois, la France accueille la COP21, conférence des Nations unies sur le climat. Vos services de stratégie vous ont informé qu'elle ne servira à rien comme les vingt précédentes. Alors pourquoi continuer à feindre un sauvetage de la planète ?

 

Vous, président de la République, ne pouvez pas cautionner les scientifiques ultra-politisés du GIEC, les lobbies d'entreprises, les ONG environnementales, ni les chefs religieux autoproclamés nouveaux apôtres du climat.

 

Vous pouvez vous illustrer par une action individuelle, ressentie, iconoclaste et spirituelle. Un arbre dans la cour de l'Élysée donnerait davantage de sens à la fibre environnementale que tous vos discours oubliés.

 

Philippe Verdier

 

Chef du service météo de France Télévisions. Auteur du livre Climat Investigation, à paraître aujourd'hui aux éditions RING.

 

Une charge qui doit d'autant plus surprendre le chef de l'Etat que Laurent Fabius avait tenté de ralier à sa cause les présentateurs météo des chaînes de télévision françaises en les invitant au Ministère des affaires étrangères, en juin 2014 pour les sensibiliser aux enjeux de la conférence internationale sur le changement climatique. A l'époque, le ministre n'avait pas hésité à poser en monsieur météo pour le supplément week-end du "Parisien".

Monsieur météo viré par François Hollande ?

Commenter cet article