Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Bob Woodward

MH 370: les inquiétudes israéliennes sur le nucléaire

Les autorités israéliennes ont renforcé quelques jours après la dispartion du vol MH 370 les procédures de sécurité pour les avions pénétrant dans l'espace aérien d'Israël de crainte que l’avion disparu puisse servir à une tentative d'attentat, rapporte la presse.

Citant le ministre des Transports, Israël Katz, le quotidien israélien Yediot Aharonot souligne que les procédures d'identification des avions ainsi que des pilotes étrangers ont été renforcées, mais sans donner de précisions. Le tabloïd affirme également que le ministère a donné comme instructions de se «préparer à tous les scénarios possibles».

«Personne ne sait où se trouve l'avion malaisien, c'est pourquoi nous ne prenons aucun risque», a expliqué un responsable du ministère cité par le journal. Interrogé par l'AFP, un porte-parole du ministère des Transports a toutefois démenti ces informations: «Tout cela est faux», s'est-il borné à répondre.

Le Boeing 777 de Malaysia Airlines, mystérieusement disparu a été détourné et utilisé comme «missile de croisière», a déclaré un responsable américain. L'enquête autour du vol MH370 s’est concentré  autour des pilotes, la Malaisie ayant confirmé que les derniers mots reçus en provenance du cockpit avaient été prononcés après la fermeture délibérée d'un système clé de communication. Le ministre malaisien des Transports Hishammuddin Hussein avait précisé la veille que les derniers mots reçus par le contrôle aérien «Eh bien bonne nuit» avaient été prononcés alors que le système de communication ACARS avait été délibérément coupé. Le copilote aurait prononcé les derniers mots reçus au sol, apprend-t-on auprès de la compagnie aérienne ce lundi. 

 Quatorze minutes après la fermeture de ce système, c'était au tour du transpondeur (qui transmet les informations sur la position de l'appareil) d'être désactivé. Puis l'avion s'est évanoui des écrans radars civils. Les données recueillies depuis lors permettent d'affirmer que l'avion a changé de cap à mi-chemin entre la Malaisie et le Vietnam, là encore de manière délibérée, et continué de voler pendant près de sept heures.

Des radars militaires malaisiens avaient détecté un signal cette nuit-là, plus tard identifié comme provenant du vol MH370.

MH 370: les inquiétudes israéliennes sur le nucléaire

Aux Etats-Unis, dont plusieurs experts participent à l'enquête, le président de la commission de Sécurité intérieure à la Chambre des représentants, Michael McCaul, a estimé que les informations des derniers jours «mènent au cockpit, avec le pilote et le copilote».

«En se basant sur les informations reçues de la sécurité intérieure, du contre-terrorisme, du renseignement, il s'est passé quelque chose avec le pilote», a-t-il ajouté sur la chaîne de télévision Fox News. Il a également souligné que l'avion a été détourné et utilisé pour servir de «missile de croisière» contre une base militaire américaine.

Israël aurait pu être la prochaine cible...hypothèse qui effrayait les autorités de Jérusalem. Le programme nucléaire israélien est officiellement destiné à la recherche atomique, bien que l’État d'Israël soit secrètement doté d'armes atomiques. L'État israélien refuse catégoriquement que ses installations nucléaires militaires soient contrôlées par l'AIEA, et l'AIEA a rejeté à plusieurs reprises la résolution de 18 pays appelant Israël à placer ses installations nucléaires sous sa supervision.

Israël disposerait de 80 à 400 ogives nucléaires capables d'être transportés par les missiles balistiques, les navires de guerre et les avions. Chaque année, Israël produirait entre 10 à 15 nouvelles bombes nucléaires. Depuis le début de son programme nucléaire, Israël aurait produit de 690 à 950 kilogrammes de plutonium. Le site nucléaire de Dimona serait la pièce maîtresse de la recherche militaire israélienne dans le domaine de l'atome. La centrale de Dimona est la centrale nucléaire du complexe nucléaire israélien situé dans le désert du Néguev, à 13 km au sud-est de Dimona et à 20 km à l'ouest de la Mer Morte, à 25 kilomètres à l'ouest de la Jordanie, à 75 kilomètres à l'est de l'Egypte, et à 85 kilomètres au sud de Jérusalem. Le site comprend non seulement une centrale nucléaire, mais encore d'autres installations essentielles au développement du programme nucléaire israélien.

MH 370: les inquiétudes israéliennes sur le nucléaire

Ce dossier nucléaire israélien est considéré comme confus, un «wild card», en raison de l’opacité du programme d’armes nucléaires israélien. Une chose est certaine ; l’armée israélienne a entrepris comme les autres puissances nucléaires une modernisation de son arsenal et de ses capacités d’entreposage. Les unités nucléaires israéliennes sont considérées comme n’étant pas opérationnelles immédiatement, lors de circonstances "normales". En revanche, leur nombre est estimé entre 80 et 85 unités éparpillées dans cinq bases stratégiques. Bien qu'Israël n’ait jamais confirmé ou nié posséder des unités nucléaires, c’est le DIA (Defense Intelligence Agency) qui a conclu en 1999 qu'Israël en avait probablement produit entre 60 et 80.  On estime que ce petit pays a produit suffisamment de matériau fissile pour pouvoir assembler de 110 à 190 têtes nucléaires. Le chiffre de 200 têtes nucléaires est généralement avancé et le DIA prévoit une faible augmentation d’ici à 2020. Il est vraisemblable qu'Israël possède la bombe H (ou bombe 3F). Cette technologie est délicate mais ce pays possède des compétences techniques suffisantes pour la mise au point et la miniaturisation de ce type de bombe. L'absence d'essai est évidemment un handicap mais il est largement compensé par les informations glanées par la diaspora aux Etats-Unis, en Russie et en Europe. La Chine n'a-t-elle pas réussi à acquérir la technologie de la bombe à neutrons grâce à sa propre diaspora à Los Alamos ? Israël possède la bombe A (bombe à fission) depuis 1966, cette connaissance technique étant la première étape vers le reste des technologies nucléaires militaires. En outre, par exemple et pour l'histoire,  les multiples visites du père de la bombe H américaine, le physicien Edward Teller, ont certainement permis d'apporter quelques informations utiles à l'époque. C'est de bonne guerre de la part d'un pays se sentant menacé de toutes parts.

L'hypothèse qu'Israël possède la bombe H est très plausible et il est tout aussi vraisemblable qu'elle est opérationnelle (même sans essai préalable). Le poids des têtes nucléaires à fusion (150 kT ou plus) avec la miniaturisation actuelle est de l'ordre de quelques centaines de kilo.

Israël a renforcé ses procedures de sécurité suite à la disparition du vol MH 370 car les agents israéliens connaissaient la veritable destination du vol MH 370: l’île de Diego Garcia, sa base mlilitaire et ses entrepôts remplis de Yellowcake, matériau nucléaire (voir l'article suivant: http://www.decryptnewsonline.com/2015/08/mh-370-diego-garcia-entrepot-nucleaire-vise-par-les-terroristes.html). La prochaine cible de ce type d’attaque aurait pu être Israël, partenaire et allié privilégié des Etats-Unis…

MH 370: les inquiétudes israéliennes sur le nucléaire

Commenter cet article