Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Bob Woodward

La classe politique, quel que soit son bord, se sait totalement dévalorisée dans l’esprit de la population. Par ses actions de chefaillon vindicatif, arrogant, menteur et autosuffisant, elle creuse son cimetière politique. Complètement décrédibilisée à force de trahisons, la classe au pouvoir, ainsi que celle qui trépigne d’impatience pour prendre sa place, sont pathétiques. Des décennies de coups tordus, de grandiloquence, d’abus de pouvoir et d’affaires peu reluisantes, ont fini par lasser le chaland. La plus grosse performance de nos édiles fut de se servir au lieu de servir et...surtout, de garder constamment son carnet d’adresse à jour. Leurs plus gros exploits furent de mettre sur pied des armées de petits soldats, divisés en factions pour combattre leurs adversaires politiques en vue d'améliorer l'exploitation d'une population en rupture d'illusions.

La politique, pour la plupart de ces braves, n'est qu'un tremplin pour accéder au pouvoir et s'assurer des lendemains qui chantent. Ces bras cassés surpayés, chansonniers du chimérique, avec la nation comme scène, ne s'améliorent pas avec les années. De défaites programmées en rupture idéologique, les assistés de la république, tenants du dogme persistent et signent à promouvoir, avec enthousiasme, la « non politique » mise en cause. Le peuple est prié de se serrer la ceinture pour aider la tribu politicienne à vivre au-dessus de ses moyens. Dorures, luxe et services dispendieux alimentant ego et salaires pour le plaisir de pouvoir se rouler dans les privilèges de la république, comme le cochon dans la fange. Les sujets s'inclinent, râlent et payent.


L'antienne de la lutte contre le chômage a de beaux jours devant lui. L’État, puits sans fond, monstre de prodigalité, embauche à tours de bras, augmentant d'autant les charges incombant aux contribuables. Il est manifestement plus facile de dépenser l'argent des autres. Quant au génial contribuable, il est là pour palier à toute perte de défraiement, de salaire ou de primes, de nos édiles. Un impôt est si vite revalorisé. Nous atteignons toutefois le sommet de l'absurde en constatant la pléthore de doublons dans la fonction publique. Fonctionnaires en surnombre constamment débordés. Un tel programme appliqué à l'industrie privée mènerait inévitablement à la faillite. La France, avec vingt millions d'habitants de moins que son voisin Allemand, entretien le double de fonctionnaires. La classe dirigeante n'y trouve rien à redire. C'est le simple quidam qui se sacrifie pour que députés, sénateurs et ministres n’aient pas à prendre de risques électoraux. Pour faire le job entre deux grèves, il nous faut deux fonctionnaires et demi, contre un seul en Allemagne.

 

La promotion des médiocres

 Où est le problème ?

Puis c'est l'exercice de la fonction. Les chefaillons, toques blanches partisans de la langue de bois nappée d'idées creuses, plats politiquement corrects, tolérés par le plus grand nombre, partent entamer la guerre du verbe. Ils houspillent insultent, éructent, font semblant de s'énerver et finissent par s'éteindre à l'appel de la sieste, rêvant de comptes bancaires et de prises d'intérêts. Au réveil, l'estomac gonflé au méthane, les sacrifiés du temps, passent aux votes, empilent les projets de lois inutiles, prennent des décisions qui ne servent à rien (la plupart du temps) et se congratulent dans un élan de solidarité politique.



Viennent les discours, soulignés parfois par une exclamation empruntée au Général en mai soixante-huit : « Je vous ai compris » air martial en moins et sans signification autre que celle de placer un bon mot. Ces flibustiers du pouvoir, passés maîtres en dé-tricotage de la nation, font feu de tout bois pour donner le change et faire croire qu'ils savent. Pas d'idées, pas de visions, ils sont accrochés à leurs prérogatives comme des moules à leur bout de rocher. Lâches, poltrons par essence, la crainte de perdre des voix en poussent certain aux compromis les plus sordides.

Certains fonctionnaires, caste aux privilèges parfois démesurés, continueront à dormir sur leurs deux oreilles et de faire à deux ou à trois, ce qui ailleurs ne nécessite qu'une personne.

 

 

Ces chefaillons auto-clonés en disponibilités permanente...belle brochette d'éléphants qui n'ont cessés de nous souffler dans les bronches durant plus de quatre décennies. Il suffit de changer le titre de la chanson en gardant les paroles, de faire de l'éboueur un technicien de surface pour donner l'illusion du neuf, du renouveau. Sourire Colgate, haleine fraîche – nos caciques du verbe remettent le couvert. Liftés au bonheur du pouvoir ils nous assurent des lendemains qui chantent, sans préciser s'il s'agit de leurs lendemains ou des nôtres. Le parti change de nom et devient ce qu'il fut. De peu crédible, le parti innove dans l'illusoire continuité. Stratèges ou simples conseillers aux ordres ? Le doigt sur la couture du pantalon, ils pensent, disent proposent, écrivent et soumettent les appréciations portées par les vents de l'ambition. Chefaillon une fois, chefaillon toujours ! Courageux mais pas téméraires. Une voix est si vite perdue. Ils éviteront donc, comme la peste, d’ajouter des lois audacieuses à toutes celles déjà existantes et non appliquées... ou de se lancer dans de grands projets susceptibles de mettre leur carrière en danger. Les nominations sont offertes aux plus serviles. Parfois même des couples bénéficient de ces postes rémunérateurs ! Autant bénéficier des largesses de l’Etat ou à deux !

 

Les médiocres gèrent l’Etat ! Le mot lui-même est flou, on doit se garder de définir le mot (il est dangereux, dans les notes on évite d’employer le mot, on emploie le plus souvent des périphrases : « Ne s’adapte pas bien à son poste», « Manque d’initiative», « Mal formé, n’a pas les connaissances nécessaires », « Ne s’intéresse pas à ses dossiers », « N’écoute pas les conseils », « Tout juste suffisant », « Fatigué, esprit lent, routinier, peu zélé»). On évite le mot, mais c’est décodé facilement dans les bureaux du personnel en fonction de normes non dites. Mais l’administration, au xixe, au xxe siècle, et au XXIe siècle a besoin des médiocres, ils forment les gros bataillons, et les patrons ou chefs de bureau distinguent avec soin le médiocre intelligent et le médiocre inintelligent, qu’il faut contrôler de près, encadrer ; parfois le médiocre est bien toléré, il s’agite moins, il revendique peu, il est docile, il cherche même à vivre en paix avec ses patrons. Il n’y a pas une lecture unique du médiocre, rappellent les experts de science administrative : le médiocre est souvent assidu, consciencieux, travailleur, il « se tient à sa place »…c’est pourquoi il est le plus souvent promu ! Retard flagrant et répété  du personnel, perte constante de courriers des usagers,  mauvais accueil, corruption,  bavardages creux au détriment du travail, telles sont les caractéristiques de l’administration publique…qui doit mettre en œuvre les décisions du politique !
 

La promotion des médiocres

 

Une Europe sourde et muette

Une ligne de conduite sommairement calquée sur celle de l'Europe, partant de rien pour mener nulle part. L'Ukraine fleuri dans l'amnésie, la Russie n'est pas à l'ordre du jour, l'Italie priée de se débrouiller seule avec le problème des réfugiés, dont les nombreux ex- colonisateurs coresponsables se détournent avec courage. De réunions en colloques le verbe triomphe, les décisions fusent dans un délire de propositions dont les réalisations se perdent dans la poignée de mains finale...coûteuse pour le contribuable. Le désastre Libyen, la guerre civile en Syrie, Malte, Lampedusa, les immigrés et réfugiés fuyant la mort programmée.

Les naufragés de la peur, de la misère et l’attitude scandaleuse de l’Europe dont la posture favorise également la montée de l'extrême droite. L’Europe a une large responsabilité dans ce drame sans équivalence. Les victimes, au-delà de la mort, finiront par nous adresser la parole et...nous reprocher notre surdité. Quant aux gouvernementaux en place de réunions en palabres ces politiciens de tous bords s’évertuent à nous démontrer leur degré de couardise institutionnalisée, ainsi que la nôtre par conséquent. Se taire s'est être complice de la barbarie et cet aveuglement n'est guère propice à l'Europe.

Les envoûtés de la politique sont, en fait, des amateurs dangereux et nuisibles. Le monde change, évolue, se transforme. Des alliances se créent, des pays fusionnent et le nombre de révolutions explosent. La barbarie s'installe et ne suscite qu'un verbiage limité et peu en rapport avec l'énorme enjeu. Les demeurés s'exerçant à la politique de confinement telle qu'elle s'exerça durant une partie du vingtième siècle, seraient bien inspirés de reconsidérer leurs points de vues et de prendre acte de l’irréversibilité de notre situation actuelle.

Avant que l'Europe ne vole en éclats par l’incompétence d'une bande d’intrigants et de sous-doués, essayons de lui suggérer un gouvernement. Pour avoir une chance de réussite optons pour la pédagogie. Pour communiquer et expliquer l’importance de l’Europe face aux multiples enjeux qui se profilent à l'horizon, évitons le fait accompli. Un seul pays au centre de l'Europe peut se targuer d'être une véritable démocratie, à savoir la Suisse, dont les dirigeants ont su dépasser leurs ambitions personnelles au profit de l'intérêt général. Un îlot d'intelligence et de savoir-faire, jalousé et critiqué par les artificiers de l'incompétence. Peut-être un bel exemple...à suivre !

 

 

L'Europe, bouilli d'incohérence, ne peut fonctionner sans un gouvernement central, une diplomatie commune, une armée continentale et une indépendance totale vis à vis des États-Unis. Compter sur l'ex gendarme du monde pour assurer notre protection n'est qu'un leurre. Il n’est qu'à observer le nombre d'échecs retentissants subis lors des expéditions organisées par nos amis américains. La plupart de leurs interventions se terminent en bérézina. Ils sèment cadavres et désolation puis s'en vont. Piètre stratèges, avec une connaissance géostratégique pour le moins lacunaire, doublée d'une méconnaissance historique de notre planète qui frise l'ignorance. C'est une démocratie approximative, guidée par la finance où le dieu dollar tient lieu d'église.


Se sachant en perte d’influence ils essayent de nous lier les mains avec des contrats à sens unique dans le but de sauvegarder leurs intérêts politiques et commerciaux. Les accords proposés sont loin de nous êtres toujours favorables. 

De plus, ce qui est de bonne guerre, ils tentent, souvent avec succès, de diviser l'Europe. Ils ont parfaitement compris que diviser était le meilleur moyen pour arriver à leur fin. Le dernier conflit Ukrainien en est le meilleur exemple. En laissant croire à une imminente intervention de l'OTAN les États-Unis ont pratiquement élevés un mur virtuel entre l'Europe et la Russie. l'Europe de la pensée hirsute et de dernier de classe, n'y a vu que du feu. Nous nous sommes mis à dos le seul pays du continent capable d'intervenir efficacement, à nos côtés, dans la lutte contre Daech et Al Qaida. Bravo ! Les divers cacochymes aux responsabilités seraient bien inspirés de suivre des cours intensifs de prospective.

Le temps où nous acceptions des « petits bras » pour assurer notre prospérité est révolu. Pour consolider l'unité européenne il nous faut des hommes de poigne, des responsables clairvoyants, des joueurs d'échec, dotés d'une vaste connaissance géostratégique et disposant d'un sens historique éclairé. Faire face aux défis que la planète nous imposera dans un avenir proche, ne sera pas une sinécure.

Commenter cet article