Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Bob Woodward

CGT :  méthodes mafieuses  pour une élection, et pour quoi d’autre ?

 

La candidature de Philippe Martinez, le patron des métallurgistes, a été rejetée, mais il reste tout de même pressenti pour succéder à Thierry Lepaon

 

A coups d’influence et de manipulation, le comité confédéral national (CCN) de la CGT, mardi 13 janvier, a accouché d’une situation digne de la mafia. Comme prévu, la solution préconisée par Thierry Lepaon – avec un nouveau bureau confédéral de dix membres ayant à sa tête, comme secrétaire général, Philippe Martinez, le patron de la fédération de la métallurgie – a été rejetée. Avec 57,5 % de voix pour, 41,6 % contre et 1 % d'abstentions, elle n'a pas franchi le seuil requis par les statuts d'une majorité des deux tiers. M. Martinez n'a donc pas été élu secrétaire général.

Mais si c'est un echec pour M. Lepaon, ce n'est qu’un retard pour M. Martinez qui reste « pressenti pour être le futur secrétaire général de la CGT ». A ce titre, il lui a été confié le « pilotage d'un collectif chargé de présenter une nouvelle proposition de bureau confédéral »lors d'un prochain CCN, les 3 et 4 février.

CGT :  méthodes mafieuses  pour une élection, et pour quoi d’autre ?

« Méthode mafieuse »

 

Selon Michel Noblecourt du MONDE, la CGT a ajouté un scandale à la crise. La fédération de la santé, la deuxième de la CGT, avait décidé, lundi, à une majorité de 75 %, de voter contre la solution Lepaon, en dépit de la volonté de sa secrétaire générale, Nathalie Gamiochipi, qui est à la ville la compagne de M. Martinez.

Or la représentante de la fédération, Ghislaine Raouafi, a transgressé les consignes de la Fédération de la santé en votant pour. Si les 36 voix dont disposait la santé avait voté contre, le résultat aurait été différent. Selon les résultats officiels la solution Lepaon a obtenu 403 voix pour, 292 contre et 6 abstentions.

Dans le collège des fédérations (335 mandats), il y a eu 172 pour et 163 contre. Mais dans ce collège, si la santé avait respecté son mandat, cela aurait donné 136 pour et 199 contre. Il aurait été alors plus compliqué de faire de M. Martinez « le futur secrétaire général »…

CGT :  méthodes mafieuses  pour une élection, et pour quoi d’autre ?

Cette petite manoeuvre – une « méthode mafieuse », selon un membre de la commission exécutive (CE) – a mis la fédération de la santé en ébullition.

Les jours de Mme Gamiochipi sont comptés. La question est de savoir s'il pourrait y avoir un recours contentieux pour contester ce vote.

" La fédération de la santé, peut affirmer que son vote a été dévoyé et demander qu'il soit compté dans les contre », assure un responsable. Mais le mal est fait. M. Martinez doit donc former une nouvelle équipe qui ne portera plus la marque de M. Lepaon. Sauf peut-être concernant les appartements de Vincennes puisque Mme Gamiochipi bénéficierait également d’un appartement de fonction non loin de celui de M. Lepaon.

 

Mardi, alors que la CE s'est réunie de nouveau pendant les travaux du comité confédéral national, il a refusé de modifier la composition de son bureau. De même, l'hypothèse de faire entrer de nouveaux membres à la CE, comme Baptiste Talbot, secrétaire général de la fédération des services publics ou Gilbert Garrel, le patron des cheminots – qui auraient pu, l'un et l'autre, prétendre à diriger la CGT – a été écartée.

L'idée d'un congrès extraordinaire n'a pas été retenue. Le prochain congrès de la CGT aura lieu à la date prévue, au printemps 2016. " Il y a désormais 99 % de chances que Martinez soit secrétaire général, indique une source interne ».

 

Sauf si une plainte était déposée par les membres de la fédération de la santé.

CGT :  méthodes mafieuses  pour une élection, et pour quoi d’autre ?

Résultat, il est déjà très affaibli, sans marge de manoeuvre. Au CCN, il n'a fait aucune ouverture. Il n'a pas beaucoup de capacité de rassemblement et va essayer de faire une équipe à sa main ". " C'est un communiste traditionnel, un Lepaon plus radical qui n'assure aucune ligne politique ", note un responsable de fédération.

 

Pendant trois semaines, la CGT s'est retrouvée sans chef. Il n'y avait plus de secrétaire général, plus de bureau confédéral, et la CE a été discréditée par le camouflet du CCN.

" Le clivage va s'accentuer entre réformistes et radicaux ", relève une source interne. Et la CGT va continuer à s'enfoncer dans la crise ou tous les coups seront permis. Comme dans la mafia.

CGT :  méthodes mafieuses  pour une élection, et pour quoi d’autre ?CGT :  méthodes mafieuses  pour une élection, et pour quoi d’autre ?
CGT :  méthodes mafieuses  pour une élection, et pour quoi d’autre ?
CGT :  méthodes mafieuses  pour une élection, et pour quoi d’autre ?CGT :  méthodes mafieuses  pour une élection, et pour quoi d’autre ?CGT :  méthodes mafieuses  pour une élection, et pour quoi d’autre ?
CGT :  méthodes mafieuses  pour une élection, et pour quoi d’autre ?

Commenter cet article