Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Bob Woodward

Des cargaisons d’armes et de munitions larguées par l’aviation américaine au dessus de Ain-Al-Arab/Kobané en Syrie septentrionale afin d’aider les milices kurdes ont atterri en plein territoire contrôlé par les éléments de Daech (acronyme arabe de l’Etat Islamique d’Irak et du Levant) lesquels assiègent la ville kurde. Un avion cargo C-130 de l’armée américaine a effectué plusieurs largages de matériels fournis par les autorités kurdes d’Irak pour permettre aux assiégés dans la ville de Kobané de résister à l’offensive du groupe Etat islamique (EI).

Une partie de ce matériel est tombée sur les zones contrôlées par les terroristes de Daech qui ont filmé ces armes et munitions.

Erreur de largage? Cela reste à démontrer puisque ce cas n’est pas le premier en son genre. Il s’est reproduit plus d’une vingtaine de fois en Irak. Au point où certains militaires irakiens soupçonnent Washington d’armer l’ensemble des protagonistes suivant de sombres desseins.

Jusqu’ici, des avions US ont bombardé à deux reprises des positions de l’armée irakienne alors que cette dernière était engagée contre Daech. Friendly Fire ou Feu ami? Ce n’est plus l’avis de ceux qui ont eu à subir les missiles de leurs supposés alliés dans la « guerre sans fin contre le terrorisme ».

Les liens entre l’EI et les USA semblent bien ténus…

Des informations publiées sur le site de socialisation twitter font état d’une traitrise qui a frappé les rangs de dirigeants de Daesh dans la ville kurde de Kobané en Syrie, provoquant la mort de plus de 1000 miliciens de ce groupe terroriste.

Le compte de Wikileaks de « l’Etat de Baghdadi » a posté des tweets sur le nom du dirigeant de Daesh qui a pris la fuite et qui a exposé Daesh à de lourdes pertes. Il a également évoqué les mesures prises sur le terrain pour protéger les commandements et la base de l’organisation face aux frappes de la coalition.

Un premier tweet a fait état de « la disparition d’un compagnon du dirigeant de Daech Abou Bakr Baghdadi, nommé Abou Ahmad Ali Abed. Celui-ci connait tous les secrets du commandement de Daesh et de ses positions ». Les commandants de l’EI semblent donc bien connaître les généraux de l’armée américaine…

Un deuxième tweet révèle que Baghdadi a pris des mesures rapides qui ont consisté sur « un changement de positions et de dépôts, et l’intensification de recherches sur le dirigeant en fuite ».

Dans un troisième tweet, on évoque des « spéculations sur la vente dudit dirigeant des secrets du groupe à la coalition internationale. Sa fuite est survenue simultanément avec des frappes plus précises de la part de la coalition précitée ». Les relations entre les dirigeants de l’EI et l’armée américaine semblent très étroites.

Des cargaisons d’armes et de munitions larguées par l’aviation américaine au dessus de Ain-Al-Arab/Kobané en Syrie septentrionale afin d’aider les milices kurdes ont atterri en plein territoire contrôlé par les éléments de Daech (acronyme arabe de l’Etat Islamique d’Irak et du Levant) lesquels assiègent la ville kurde. Un avion cargo C-130 de l’armée américaine a effectué plusieurs largages de matériels fournis par les autorités kurdes d’Irak pour permettre aux assiégés dans la ville de Kobané de résister à l’offensive du groupe Etat islamique (EI).

Une partie de ce matériel est tombée sur les zones contrôlées par les terroristes de Daech qui ont filmé ces armes et munitions.

Erreur de largage? Cela reste à démontrer puisque ce cas n’est pas le premier en son genre. Il s’est reproduit plus d’une vingtaine de fois en Irak. Au point où certains militaires irakiens soupçonnent Washington d’armer l’ensemble des protagonistes suivant de sombres desseins.

Jusqu’ici, des avions US ont bombardé à deux reprises des positions de l’armée irakienne alors que cette dernière était engagée contre Daech. Friendly Fire ou Feu ami? Ce n’est plus l’avis de ceux qui ont eu à subir les missiles de leurs supposés alliés dans la « guerre sans fin contre le terrorisme ».

Les liens entre l’EI et les USA semblent bien ténus…

Des informations publiées sur le site de socialisation twitter font état d’une traitrise qui a frappé les rangs de dirigeants de Daesh dans la ville kurde de Kobané en Syrie, provoquant la mort de plus de 1000 miliciens de ce groupe terroriste.

Le compte de Wikileaks de « l’Etat de Baghdadi » a posté des tweets sur le nom du dirigeant de Daesh qui a pris la fuite et qui a exposé Daesh à de lourdes pertes. Il a également évoqué les mesures prises sur le terrain pour protéger les commandements et la base de l’organisation face aux frappes de la coalition.

Un premier tweet a fait état de « la disparition d’un compagnon du dirigeant de Daech Abou Bakr Baghdadi, nommé Abou Ahmad Ali Abed. Celui-ci connait tous les secrets du commandement de Daesh et de ses positions ». Les commandants de l’EI semblent donc bien connaître les généraux de l’armée américaine…

Un deuxième tweet révèle que Baghdadi a pris des mesures rapides qui ont consisté sur « un changement de positions et de dépôts, et l’intensification de recherches sur le dirigeant en fuite ».

Dans un troisième tweet, on évoque des « spéculations sur la vente dudit dirigeant des secrets du groupe à la coalition internationale. Sa fuite est survenue simultanément avec des frappes plus précises de la part de la coalition précitée ». Les relations entre les dirigeants de l’EI et l’armée américaine semblent très étroites.

 

 

La fin de l’Irak: politique de Bush à Obama

 

Selon le site al Massala, citant les forces de sécurité irakienne , les chasseurs US ont bombardé les forces de sécurité irakiennes qui menaient des opérations de ratissage dans l'ouest de la capitale!! "les forces de sécurité irakiennes nettoyaient les régions de al Rafouch, de al Mahassena, de Bostan al Jabali sur l'axe Dowiliya, à l'est de Bagdad quand les avions de la coalition les ont frappés , tuant 9 d'entre eux!! les observateurs estiment que les raids en question visent en effet à favoriser le terrain à l'assaut des takfiris contre la capitale Baghdad.

 

 

Israël pays allié de l’EI?

 

Alors que Daech rend les meilleurs services qui soit à Israël et au régime de Netanyahu, comment peut-on expliquer l'intention annoncée à plusieurs reprise par Netanyahu de rejoindre la coalition soi disant anti Daech? On peut y voir une manoeuvre très délicate d'Israël qui cherche à établir un parallelisme direct entre les terroristes takfiris de Daech d'une part et les combattants de la Résistance de l'autre tout en détournant l'opinion israélienne des conséquences catastrophiques de l'offensive contre Gaza sur l'économie et la société israélienne. Les inquiétudes exprimées par Israël au sujet de l'influence de Daech dans la région permettent à Tel-Aviv de se mettre dans le même camp que les régimes arabes. Elles lui permettent aussi d'établir un parallélisme direct entre Daech et les mouvements de la Résistance palestinienne et libanaise. Mais ceci n'est que le devant du décor ! Selon New York Times, les responsables israéliens auraient mis en garde en coulisse les autorités de la Maison Blanche contre toute tentative destinée à démanteler Daech, car cela permettra à l'Iran de se renforcer! L'angoisse de Netanyahu à l'idée d'un renforcement de l'Iran et de ses alliés , à la lumière d'un affaiblissement de Daech est allé jusqu'à pousser le Premier Minsitre israélien et ses ministres à avoir recours à des phrases inhabituelles comme celles -ci : " Israël et les pays arabes ont désormais un ennemi commun, Daech contre qui ils sont censés se battre" !! En Israël, l'opposition accuse Netanyahu de vouloir entrainer les Israéliens sur un terrain accidenté : " le fait que Netanyahu bat trop sur le tambour de la guerre anti Daech ne trompe personne : il veut effacer les conséquences de sa défaite à Gaza. Dire que le Hamas et la Résistance palestinienne sont de même acabit que Daech. et surtout en tirer l'occasion de créer de nouvelles alliances " dit l'un des analystes proches de l'opposition.  C’est dans ce contexte qu'Israël a évoqué son intention d'en découdre avec Daech si ce dernier franchit la ligne rouge israélienne, qui est la sécurité de la Jordanie. Cela étant dit l'Etat islamique a annoncé à plusieurs reprises ne voir en Israël pas un ennemi mais un allié contre les chiites et les sunnites récalcitrants!

 

 

Nouvelle intervention américaine

 

N’oublions pas que dès le début de la guerre en Syrie en mars 2011, les États-Unis et leurs alliés ont appuyé les soi-disant «combattants de la liberté» dont la majorité étaient des brigades du Front Al-Nosra et de l’EI. Formés en Arabie saoudite et au Qatar, ces terroristes pro-démocratie ont été régulièrement impliqués dans des atrocités, y compris des décapitations de civils syriens.

Deux poids, deux mesures ? Au cours des trois dernières années, aucun dirigeant occidental n’a fait de déclaration concernant ces atrocités commises par les « extrémistes musulmans ». Elles sont passées pratiquement inaperçues. La communauté internationale n’a pas exprimé de préoccupations à cet égard. À quelques exceptions près, ces decapitations de civils syriens ou irakiens ont à peine fait l’objet d’une couverture médiatique. Les atrocités commises en Syrie ont été signalées depuis le début des troubles en 2011 par des médias indépendants. Il a fallu un certain temps avant que les médias traditionnels mentionnent ces atrocités, mais depuis 2012, de nombreux reportages ont été publiés par les médias de masse, en dépit desquels le discours dominant sur la Syrie est demeuré essentiellement le même : le « régime tyrannique d’Assad » réprime brutalement une « révolte pro-démocratie » et l’Occident continuait à exprimer son soutien indéfectible aux « combattants démocrates ».Les dernières décapitations d’occidentaux par l’EI ne sont qu’un prétexte pour intervenir militairement en Syrie. Les centaines de décapitations de ressortissants syriens commises par les soldats occidentaux par procuration durant des années prouvent qu’il s’agit d’une autre opération psychologique visant à galvaniser l’appui populaire en faveur d’une autre guerre au Moyen-Orient.

Les Etats-Unis aident l’Etat Islamique et jouent avec le feu!
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article