Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par CHEMS AKF

 

Apple et le FBI ont communiqué ce lundi suite au scandale de photos nues de célébrités qui circulent sur Internet.

 

Les Hackers sont responsable du piratage des banques de données dématérialisées d’Apple, ayant conduit à la diffusion de photos de dizaines de stars américaines dénudées. Selon certaines informations; le hacker à l’origine du piratage aurait été localisé dans l’état de Géorgie aux Etats-Unis. Il s’agirait d’un ingénieur en informatique qui aurait stocké ces images compromettantes depuis des années. La police fédérale américaine aurait donc déjà avancé dans l’enquête lancée ce lundi.

Pour rappel, Apple a reconnu ce lundi soir qu’un nombre incalculable de photos nues ou compromettantes auraient été volées dans les comptes iCloud de certaines célébrités. Interrogé à ce sujet par le site Mashable, un porte-parole de la firme californienne a réagi par ce communiqué : “Nous prenons la vie privée de nos utilisateurs très au sérieux et nous nous penchons activement sur cette affaire.”

Qui sont ils?

 

Le terme de pirate englobe toutes les personnes qui enfreignent les lois de l'informatique. Ces lois sont établies par chaque pays, cela pose un problème car Internet est accessible à tous les habitants de la planète et certains actes sont des infractions pour les uns mais pas obligatoirement pour les autres. (Informatique et Liberté)
Le pirate est une personne qui viole les droits d'autrui ou des sociétés à son profit. Les pirates les plus communs sont les hackers, les crackers et toute personne copiant du software pour son utilisation personnelle ou pour la vente.
Nous laisserons de côté la copie de software qui n'est pas abordée dans le film "Traque sur Internet" pour nous intéresser de plus près à ceux qui veulent prendre le contrôle d'un système informatique alors qu'ils n'y sont pas autorisés.

Les hackers considérés à tort comme des pirates ont eu bien du mal à défendre leur réputation. De plus la confusion apportée par des termes comme « ethical hacker », hacker « black hat » ou « white hat » n’a fait qu’aggraver les choses. La réalité est bien loin de ce que nous chantent les médias : Les hackers ne sont pas des pirates, ils ne s’introduisent pas illégalement dans des systèmes d’information ne leur appartenant pas, et ce qu’elles que soient leurs motivations.

Un hacker est tout simplement une personne passionnée par le fonctionnement des rouages des systèmes d’exploitation et des réseaux. Bien qu’il s’agisse souvent de programmeurs, cela n’est pas toujours le cas.

De part ses connaissances avancées dans divers domaines, il découvre souvent de nouvelles vulnérabilités à différents niveaux (réseau, système, application…), mais ces découvertes ne sont pas utilisées contre d’autres systèmes même s’il peut découvrir par hasard lors d’une manipulation « normale » une vulnérabilité sur un système qui n’est pas le sien.

Le terme « hacker » est apparu au sein du MIT. Les gens à l’origine de la création d’Internet ou des systèmes d’exploitation Unix peuvent être considérés comme des hackers. Ken Thompson ou encore Richard Stallman sont des hackers.

Contrairement à ce que l’on peut trouver dans certaines publications soi disant « underground », où les « hackers » sont décrits avec une cigarette au bec, cheveux sales et une canette de bière à coté du bureau, les vrais hackers refusent toute forme de dépendance et de soumission (car elle serait une entrave à leur développement) et par là même ces futilités que sont l’alcool et la cigarette…

 

 

Hacking Health: des «hackers» au service de la santé

 

Une main sur le clavier et l'autre sur un café ou une boisson énergisante, plus d'une centaine de programmeurs montréalais se sont rassemblés vendredi et samedi derniers dans un vieil immeuble du campus de l'Université McGill pour mettre au point des solutions technologiques qui répondent aux problèmes du secteur de la santé.

 

Baptisé Hacking Health, l'événement a convié développeurs et spécialistes de la santé à une séance intensive de programmation connue des gens du milieu de la programmation comme un «hackathon».

«Il y a des hackathons presque toutes les semaines à Montréal, mais peu de spécialistes de la santé en connaissent l'existence. Pourtant, il y a une vraie demande de ce côté, explique Jeeshan Chowdhury, résident en médecine et cofondateur de Hacking Health. On s'est donc dit qu'en réunissant les gens qui savent comment fabriquer des applications et ceux qui connaissent les besoins du secteur de la santé, on allait contribuer à lancer des projets.»

L'idée a rapidement fait boule de neige et gagné en popularité, forçant les organisateurs à revoir leurs plans.

«Au départ, on pensait faire un petit événement avec environ 10 médecins et une vingtaine de programmeurs. Mais la demande a tout simplement explosé», raconte Jeeshan Chowdhury.

En tout, 138 spécialistes de la programmation, 28 designers et 66 médecins et spécialistes du secteur de la santé ont lancé 19 projets qui s'appliquent à la santé.

La Dre Jenny Basran, spécialiste en gériatrie affiliée à l'Université de la Saskatchewan à Saskatoon, a trouvé un billet de dernière minute pour atterrir à Montréal à temps. Depuis plusieurs mois, elle a en tête de tirer profit des tablettes et téléphones intelligents pour créer un outil qui rappellerait entre autres aux personnes âgées de prendre leurs médicaments.

«C'est tellement excitant de voir les idées qu'on a eues pendant des mois se réaliser sous nos yeux», s'exclame-t-elle. Je suis tellement impressionnée de ce que les membres de mon équipe sont capables de faire, c'est fantastique!»

De son côté, Frédéric Pullin conçoit une application qui faciliterait la communication entre les médecins et leurs patients porteurs du VIH. Une idée à laquelle il entend accorder encore beaucoup de temps après l'événement.

 

 

Hacking Health créé un environnement favorable à l’émergence de projets en santé numérique en invitant professionnels de santé et experts des nouvelles technologies à collaborer.

Au-delà du rôle de catalyseur, ils forment une communauté indépendante et désireuse de faire évoluer le monde de la santé numérique.

Hacking Health: des «hackers» au service de la santé

Commenter cet article