Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par JEA

« Pile je gagne, face tu perds… »

En effet, quoi qu’il fasse, Bachar est déjà coupable ou il prépare un mauvais coup. Lorsqu’il organise une élection présidentielle, elle est donc forcément truquée. Ainsi,

les autres candidats sont forcément de faux candidats, sortis du chapeau du régime

afin de réaliser un simulacre de démocratie… Et s’il n’avait rien organisé, les diplomaties européennes fustigeraient un régime dictatorial, s’opposant à toute expression du peuple…

Bref, quoi de plus naturel que de chercher le mal chez le mal.

Notamment après l’utilisation d’armes chimiques par le régime quatre jours avant la conférence de Genève II, et même si de nombreux experts indépendants imputent l’attaque aux rebelles islamistes…

Pile je gagne : Bachar refuse de reconnaître l’opposition syrienne et son « représentant », Ahmad Jarba, un proche du chef du renseignement saoudien, Bandar Sultan, d'ailleurs imposé par ce dernier. Jarba est natif de Ghameshli et chef de la tribu d'Al Chamr. Pour mémoire, cet homme d'affaires a été accusé dans les années 90 à trois reprises de trafic de stupéfiants au Liban, en Syrie, en Jordanie ainsi que dans plusieurs pays du Golfe persique, dont l'Arabie saoudite. Jarba représente ainsi beaucoup plus les USA, la France, le Qatar mais surtout l’Arabie saoudite. Imaginons un instant un tel individu à la tête de la Syrie, inconnu par les Syriens et n’ayant aucun militant en Syrie…

Face tu perds : il est maintenant d’usage d’imputer tous les maux à Bachar surtout lorsqu’il n’en est en rien responsable  comme par exemple en ce qui concerne les exactions commises à l’encontre des minorités religieuses. Qui aurait une seconde auparavant pu imaginer nos dirigeants occidentaux tenter de nous expliquer qu’il valait mieux soutenir militairement des djihadistes étrangers venus égorger et décapiter des civils, allant même jusqu’à manger le cœur des militaires qu’ils combattent , plutôt que de chercher à négocier une solution de paix !

Nul n’ignore que la crise financière mondiale et les intérêts géostratégiques sont les vrais raisons de ces prétendus printemps arabes, dont les origines n’ont absolument rien d’arabe. Quand les islamistes sont des terroristes au Mali, qu’il faut combattre sans merci, ces derniers deviennent des rebelles parfois même très fréquentables sur le territoire syrien, qu’il faut armer, former et financer. Comment appelle t’ont un état qui finance le terrorisme comme le faisait à une certaine époque Mouammar Kadhafi ??? Oui, c’est bien du terrorisme d’état.

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=QztgjFSPwfA

Laissons le peuple syrien décider seul de son avenir et arrêtons de croire que tout est binaire. Le manichéisme américain ne peut résoudre sérieusement aucun problème et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, prôné à corps et à cris par nos « french doctors », ne s’applique pas qu’à certains, pourvu qu’ils participent aux desseins de l’Empire. On ne peut que constater que cet isolement depuis plus de trois ans de guerre, malgré tous les coups tordus que nos services de renseignement et nos armes dans la main de ces terroristes, a considérablement accru la côte de popularité de Bachar Al Assad, passé aux yeux des syriens de ce président timide au héros qui a tenu bon face aux puissances occidentales, complices des pays du Golfe… Nul véritable dictateur n’aurait tenu trois ans dans de telles conditions. Loin de le renverser, n’en avons-nous pas fait un véritable héros ?

Commenter cet article