Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par MARC

 

Nous avons eu l'occasion d'aborder l'enseignement français à l'étranger à travers l'article “Une manipulation bien ficelée, un proviseur évincé”. Cette histoire n'est pas anecdotique puisque chaque année l'AEFE (Agence pour l'Enseignement Français à l'Etranger) semble avoir la fâcheuse habitude d'abandonner ses agents à leur sort.

 

Les faits, qui s'étaient déroulés en novembre 2010, avaient suscité un vif émoi au sein de la communauté des expatriés français au Nigeria. Le 19 novembre 2010, le proviseur du lycée Louis-Pasteur, implanté à Lagos, capitale économique du Nigéria, avait eu le visage aspergé d'acide sulfurique par un inconnu. Très grièvement brûlé, PM avait été rapatrié en urgence en France pour y subir de nombreux soins. Il souffre d'importantes blessures irréversibles au niveau d'un œil et d'une oreille et a subi de nombreuses interventions chirurgicales.

 

Un enseignant de lettres et de philosophie du lycée français de Lagos, en conflit avec le proviseur depuis deux années, avait commandité ce crime.

 

 

Un harcèlement quotidien

 

Des petites précisions s'imposent: M. Mxxx, en tant que proviseur de l'établissement, avait émis un avis négatif à la reconduction du contrat de ce professeur de lettres et de philosophie qui avait monté de nombreux commerces au sein du lycée... le harcèlement du proviseur débute alors puisque le professeur entreprend de jeter de l'acide sur la voiture du proviseur quelques jours avant de commettre l'irréparable. “Une blague de potache” selon lui...

Après son retour en France et son arrestation, cet enseignant a été condamné en septembre 2013 à dix ans de prison par les assises de l'Yonne pour avoir commandité l'agression à l'acide du proviseur. L’agression aurait été commanditée pour 50 000 nairas (soit environ 250 euros) par l’enseignant à un Nigérian. Ce dernier n’a bien entendu pas pu être identifié.

L'histoire se complique quand on apprend qu'une semaine avant ces faits criminels, une mission d'audit de l'AEFE, menée par le chef du secteur Afrique sub-saharienne (http://www.aefe.fr/aefe/organigramme/organigramme-de-laefe-secteurs-geographiques) , est venue à Lagos...la tension était déjà à son comble au lycée français de Lagos et aucune préconisation ne fut faite suite à cette mission pour protéger le proviseur.

“Attendre et voir venir”, est-ce la devise de l'AEFE?

 

L'affaire est étouffée

Suite à l'attaque du proviseur, l'AEFE est évidemment quelque peu gênée aux entournures...que faire pour sauver la face?

Pxxx Mxxx, après un court passage au siège de l'AEFE, est nommé proviseur du lycée Victor Hugo de Francfort et est également promu au grade de chevalier de la Légion d’honneur: http://www.aefe.fr/vie-du-reseau/toute-lactualite/trois-proviseurs-du-reseau-promus-chevaliers-de-la-legion-dhonneur

Ce proviseur mérite sûrement cette distinction, mais l'AEFE semble acheter la paix facilement alors que les défaillances de son administration sont criantes. Les agents de l'AEFE semblent abandonés à leur sort malgré les situations de tension extrême mises en évidence dans ces différents cas.

Les agents de l'AEFE auraient-ils besoin de se former à la gestion de crise? A l'heure actuelle, aucune réponse adéquate ne semble être mise en place pour défendre les agents harcelés et attaqués à l'étranger. Loin de la France, tous les coups sont permis...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

franck 06/01/2016 21:19

Vos conclusions sont patiales et partielles.Le proces en appel fera la lumiere sur cette affaire ou tout semble demontrer que la verite reste a venir.