Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par MARC

 

215 000 élèves handicapés sont scolarisés en "milieu ordinaire" à la rentrée 2013, soit plus 60 % de plus par rapport à 2005.

Deux mille nouveaux "assistants de scolarisation" furent recrutés pour l'année 2011-2012. Les engagements pris par Nicolas Sarkozy seraient donc en passe d'être tenus. Ces bonnes intentions seront-elles reprises par Benoit Hamon?

Mais la réalité est beaucoup moins idyllique. Depuis la loi handicap de février 2005 (http://www.education.gouv.fr/cid207/la-scolarisation-des-eleves-handicapes.html) , l'éducation nationale a été constamment épinglée en raison des lacunes de ses dispositifs d'accompagnement et de la faiblesse des moyens déployés. Le handicap n'est clairement pas une priorité...mais que faire en période de budget resserré?

De nombreux établissements ne sont pas encore aux normes et ne permettent pas de recevoir des élèves handicapés. La plupart des établissements ne sont pas équipés de rampes d'accès...

En 2012-2013, 20 000 enfants âgés de 6 à 16 ans n'étaient pas scolarisés, dont 5 000 restant à domicile. 13,5 % des élèves étaient scolarisés à temps partiel à l'école primaire, contre 4 % au collège.

 

Restrictions budgétaires

Ces difficultés résident essentiellement sur le manque de formation des personnels enseignants qui ont du mal à gérer des élèves handicapés au sein de la classe. Des directeurs d'école primaire conseillent même parfois aux parents de trouver des solutions alternatives à la scolarisation...rester à la maison et être ainsi écarté de toute socialisation?

Les associations de soutien aux enfants handicapés et des syndicats d'enseignants réclament, depuis plusieurs années, la création d'un métier d'accompagnant d'élèves handicapés, Des emplois aidés ont été créés pour aider les élèves handicapés, mais ces personnes sont plour la plupart mal formées et sont recrutées de façon temporaire au sein de l'Education nationale. Des contrats parfois de 6 mois seulement!

Le dernier rapport annuel de la Haute autorité de lutte et pour l'égalité contre les discriminations (Halde) insiste fortement sur la nécessité, "pour l'avenir, que la scolarisation des enfants handicapés soit effectivement facilitée".

Une recommandation appuyée par plusieurs exemples. Parmi les cas évoqués, celui d'un enfant épileptique qui s'est vu refuser son inscription dans une école en raison de sa pathologie. Les exemples se multipient soulignant le peu d'enthousiasme de l'Education nationale à prendre en charge ces enfants. Les parents se retrouvent souvent désarmés face aux barrières établies par l'école.

Sans compter les personnes handicapées qui ne peuvent se présenter au concours du professorat des écoles en raison de leur déficience physique. L'Education nationale est donc loin du compte et aure du mal à rattraper le retard en raison des contraintes budgétaires qui lui sont imposées comme à d'autres ministères. Benoit Hamon fera-t-il mieux que ses prédécesseurs?

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article