Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par BEN

Le ministre de l’éducation nationale Benoît Hamon a annoncé dimanche 13 juillet son souhait d’introduire l’apprentissage du code informatique dès l’école primaire dans le cadre des ateliers périscolaires.

Les enfants vivent aujourd’hui dans un environnement de plus en plus numérique et il semble logique qu’ils comprennent que tous ces appareils du quotidien ne fonctionnent pas uniquement en appuyant sur le bouton ON. Pour créer un programme, il est nécessaire de maîtriser le codage, qui constitue en quelque sorte la grammaire de l’informatique. Depuis les années 90, le ministère de l'éducation nationale lance des programmes pour développer l'utilisation de l'informatique, de l'internet et du numérique à l'école...a-t-on enfin fait avancer les choses? Est-ce à nouveau de nouvelles directives qui resteront lettre morte?

En effet, En mai 2013, le rapport de l’Académie des sciences sur la place de l’informatique dans le primaire et le secondaire posait le décor : l’Europe et la France, « longtemps restés au point mort », accusent un « important retard conceptuel et industriel » par rapport aux Etats-Unis et à certains pays d’Asie.

Les choses semblent évoluer: bien entendu, il ne s’agit pas, en primaire, de faire écrire aux élèves des lignes de code ni de créer de nouveaux réseaux sociaux, mais d'apprendre à créer de courts programmes et également à savoir les utiliser. L’essentiel est plutôt de les aider à entrer dans la logique du langage informatique. « Dès septembre, je favoriserai en primaire une initiation au code informatique, de manière facultative et sur le temps périscolaire » a annoncé Benoit Hamon. Il ne sera donc pas question de cours obligatoires, et encore moins d’enseignements durant le temps scolaire - contrairement à ce que préconisaient notamment les députées Corinne Erhel et Laure de la Raudière dans leur récent rapport parlementaire consacré au développement de l’économie numérique française. L'élève sera initié aux principes des langages de programmation et pourra alors réaliser des applications utilisant des algorithmes simples.

 

Une révolution?

 

Une révolution pour l'Education nationale en France? Dans certains pays, la programmation informatique est déjà dans les starting blocks. Notamment en Grande-Bretagne, où le gouvernement de David Cameron a décidé en 2013 d'étendre le programme d'enseignement du code en primaire, dans le but que les élèves réalisent des projets créatifs numériques. En Finlande (dès 2013!) et en Estonie (dès 2012!), le code s'apprend dès 7 ans. Aux Etats-Unis, il n'y a pas pas de programme national puisque chaque Etat a une liberté d'ajuster les programmes, mais le 8 décembre dernier, Barack Obama lors d'une visite d'école a défendu l'enseignement de l'informatique, incitant les jeunes à devenir programmeurs.

 

Benoit Hamon se lance donc dans l'aventure du codage informatique. Il souligne sa volonté de s’impliquer davantage dans une véritable transition vers le numérique qui aura pour mission principale d’accompagner l’entrée de l’école dans l’ère 2.0.

Ainsi, on assiste aujourd’hui à une véritable prise de conscience des pouvoirs publics français, qui perçoivent désormais que la France ne peut plus se permettre de rester à l’écart du développement des nouvelles technologies.

Apprendre le codage dès l’école primaire deviendra t-il bientôt quasiment aussi important que maîtriser l’anglais? De nouvelles innovations verront le jour et de nouveaux emplois seront créés, les secteurs numériques étant ceux possédant une valeur ajoutée très forte. De nouveaux enjeux pour l'Education Nationale! De consommateurs de technologie, les élèves pourraient devenir acteurs...L’école républicaine française est-elle en train de revoir ses priorités et ses méthodes d’apprentissage? La rentrée 2014 nous donnera les clés de cette nouvelle équation...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

maintenance informatique 02/02/2015 19:38

C’est vraiment un énorme changement. L’idée est intéressante mais nos enfants sont–ils prêts pour cela et a–t–on une vraie stratégie, un vrai programme, des enseignants formés pour cela ?